Paroles de commissaires, une histoire des expositions temporaires en France depuis 1945

Séjour d’étude de Brigitte Gilardet, du 12 au 17 octobre 2020.

 

Résumé 

La finalisation de ce travail, qui a donné lieu au recueil et la publication de 38 entretiens inédits de commissaires d’expositions, s’est inscrite dans le cadre d’une recherche pluriannuelle sur les expositions temporaires, initiée à l’Institut d’histoire du temps (IHTP-CNRS) et poursuivie au Centre d’histoire de Sciences. Po, en qualité de chercheur associé. Elle a nécessité en amont un travail approfondi, pour mettre en perspective et contextualiser ces témoignages, en décrivant le contexte et les évolutions (y compris juridiques) qui conditionnent depuis 1945 l’organisation et la réception des expositions temporaires en France. Grâce à la qualité de l’accueil et à l’organisation de mon séjour aux Treilles, j’ai pu progresser sur la mise en forme des résultats de cette recherche. Le moteur de recherche en ligne de la bibliothèque des Treilles et la richesse de son fonds, m’ont permis par ailleurs de compléter mes lectures, principalement dans le domaine des catalogues d’exposition mentionnés par les commissaires dont les entretiens figureront dans l’ouvrage cité en référence[1].

Summary

This work resulted in the collection and publication of 38 previously unpublished interviews with curators of temporary art exhibitions in France since 1945. It completes part of a multi-year research project  that I initiated at the Institut d’histoire du temps (IHTP-CNRS) and continued at the Centre d’histoire de Sciences Po as an associate researcher. It required preliminary in-depth work to put these interviews into historical perspective, describing the context and developments (including legal ones) that conditioned the organization and reception of these exhibitions. Thanks to the warm reception and excellent organization by colleagues during my stay at Les Treilles, I have been able to make progress on the formatting of the results of this research. The online search engine of the Treilles library and the richness of its collection have also enabled me to complete my reading, mainly in the field of the exhibition catalogues mentioned by the curators whose interviews will appear in the book cited in reference1.

 

Compte rendu

L’histoire des expositions peut s’écrire grâce aux témoignages oraux, grâce aux catalogues, grâce aux articles de presse et aux cartons d’invitation aux vernissages qui rappellent qu’il s’agit aussi d’un spectacle, d’une fête, d’une représentation de l’art, éphémère. Dans ma recherche, les témoignages des commissaires vont définir, restreindre le champ d’étude, déterminer le fil d’une histoire des expositions : un corpus constitué de 38 témoignages va faire l’objet d’une première publication.

Celle-ci précède la rédaction de la partie historique proprement dite qui sera une tentative de synthèse, de mise en récit qui a nécessité en amont un travail approfondi de recherche, ce que le séjour aux Treilles m’a permis de compléter.

J’ai pu également consulter une série de catalogues mentionnés par les commissaires, parmi les 300 expositions référencées dans l’ouvrage. Les catalogues sont ce qui reste des expositions temporaires. A la bibliothèque des Treilles, ces catalogues permettent déjà de raconter une histoire.

Celle-ci peut évoquer l’exposition d’art italien à Paris en 1935, lorsque la mythique « Naissance de Vénus » de Botticelli, du musée des Offices de Florence, venait (chose impensable aujourd’hui), jusqu’à Paris, au Petit Palais[2], sur l’injonction de Mussolini.

Depuis l’après-guerre, les catalogues ont pris une nouvelle ampleur, ils ne sont plus constitués d’une ou deux introductions et de notices détaillées des œuvres mais comprennent aussi des essais, des récits, de riches illustrations en couleurs. Les commissaires leur apportent le plus grand soin en conviant les meilleurs spécialistes, pour contribuer à faire le point sur tel ou tel aspect de l’histoire de l’art, ou en s’intéressant aux créations naturelles, si surprenantes, qui entrent en « Résonances[3] » avec notre sensibilité et qui permettent d’écrire  aussi « une autre histoire de l’art[4]». L’exposition est le lieu même de la monographie d’artiste, de sa consécration : ainsi César, Homo ludens, homo faber, comme le décrit Pierre Restany[5] : né en 1921, César a pu ainsi vivre dans sa ville de Marseille, au musée Cantini, sa première rétrospective en 1966[6].

Les poètes aussi sont célébrés comme Apollinaire[7] critique d’art qui vécut à Nice et auquel le Musée de l’Orangerie a consacré une exposition qui rassemble les spécialistes de son œuvre, grâce à un comité scientifique particulièrement étoffé[8].

Dans les années 1990, les philosophes deviennent commissaires d’exposition, comme Jacques Derrida[9], qui à l’initiative de Françoise Viatte et Régis Michel, prend pour thème « la question de la visibilité et de l’invisibilité, du voir et de l’aveuglement[10] », pour une exposition de dessins qu’il choisit au sein des collections du cabinet des arts graphiques au Louvre en 1990.

C’est ce « grand atelier du midi[11] » où « sous le soleil exactement »[12] se découvre la création : une création native ou importée, qui se développe précisément dans cette région du bassin méditerranéen, où les artistes de toutes époques et de toutes origines, invoquent sa lumière si vive, qui les stimule et suscite souvent leur installation ou leur séjour prolongé dans la région.

La petite peinture de chevalet y devient magique, comme les œuvres de Victor Brauner, si présentes aux Treilles et célébrées, au moment de mon séjour, tant au sein de la Collection Gruner-Schlumberger exposée à Toulouse cette année et saluée par la critique[13], ou à Paris, au musée d’art Moderne (le MAM), qui consacre actuellement une rétrospective[14]à cet artiste unique. 

*****

[1] Brigitte Gilardet, Paroles de commissaires. Histoires. Institutions. Pratiques, Dijon, Les Presses du Réel, 2020.

[2] « L’exposition « L’Art Italien de Cimabue à Tiepolo » a bénéficié de prêts exceptionnels venant d’Italie. La totalité du rez-de-jardin du Petit Palais a été vidé de ses collections permanentes afin d’installer cet ensemble qui débutait par la présentation de la statue monumentale de la Muse Melpomène du Louvre dans le hall d’entrée du musée suivie d’une reproduction de la Louve du Capitole.  Les plus grands chefs-d’œuvre y ont été montrés, comme la Naissance de Vénus de Botticelli, la Vierge à la chaise de Raphaël, la Sainte Famille (Tondo Doni) de Michel Ange ou encore la Vénus d’Urbin de Titien et le Bacchus du Caravage. Le musée du Louvre, l’un des plus importants contributeurs de l’exposition avec les musées de Florence, a également prêté la Vierge aux rochers et la Vierge à l’Enfant avec sainte Anne de Léonard de Vinci ». Dossier de l’exposition en ligne : https://www.petitpalais.paris.fr/content/l-art-italien-de-cimabue-tiepolo-mai-juillet-1935

[3] Catalogue de l´exposition « Résonances », de la Fondation Dapper (Octobre 1990-Janvier 1991). Présentation du travail d’Yves Le Fur, qui poursuit alors ses recherches sur l’affleurement de traits esthétiques dans l’ordre des formes naturelles : comme les végétaux, minéraux et reliefs.

[4] Yves Le Fur, Laurent Le Bon, Jean de Loisy, Mouna Mekouar, Alexandre Quoi, Cécile Bargues, Une autre histoire de l’Art. Chefs-d’oeuvre (re)découverts au XXe siècle, Ed. de La Martinière, 2013.

[5] Pierre Restany, César, Ed. Sauret Monte-Carlo, 1975.

[6] L’exposition César s’est déroulée d’octobre à novembre 1966, au Musée Cantini à Marseille. Le catalogue est signé par Marie-Louise Latour et Simone Bourlard-Collin. Les préfaces sont de François Mathey et Douglas Cooper.

[7] L’exposition Apollinaire, le regard du poète présentée à L’Orangerie, en 2016, « s’attache à la période où Guillaume Apollinaire a été actif comme critique d’art, essentiellement entre 1902 et 1918. Cette large quinzaine d’années, qui peut sembler réduite dans ses bornes chronologiques, va cependant concentrer un foisonnement prodigieux d’écoles, de manifestes, de tentatives et de découvertes dans le domaine des arts. La personnalité d’Apollinaire, sa sensibilité artistique, son insatiable curiosité, font de lui un témoin, un acteur et un passeur privilégié des bouleversements du début du XXe siècle. Grand découvreur de l’art de son temps », dans le dossier de l’exposition en ligne sur le site du musée : https://musee-orangerie.fr/fr/evenement/apollinaire-le-regard-du-poete

[8] Commissaires : Claire Bernardi, conservateur du patrimoine au musée d’Orsay, Cécile Girardeau, conservateur du patrimoine au musée de l’Orangerie, assistées de Sylphide de Daranyi, chargée d’étude documentaire au musée de l’Orangerie.  Comité scientifique et auterus des essais figurant au catalogue : Emilie Bouvard, conservateur du patrimoine au musée national Picasso, Paris, Laurence Campa, professeur de littérature française à l’université Paris-Ouest Nanterre, Cécile Debray, conservateur du patrimoine au musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou, Maureen Murphy, maître de conférences à l’université Paris I-Panthéon Sorbonne, Peter Read, professeur de littérature et arts visuels à l’université du Kent.

[9] L’exposition « Parti pris I : Jacques Derrida, Mémoires d’aveugles », s’est déroulée du 26 octobre 1990 au 21 janvier 1991. Elle initie une série d’invitations évoquée dans  mon ouvrage par Françoise Viatte.  

[10] « Quand il a été demandé, par Françoise Viatte, à Jacques Derrida s’il voulait bien construire le dessein d’une exposition de dessins du Louvre, suivant un thème à sa convenance, son choix s’est porté sur la question de la visibilité et de l’invisibilité, du voir et de l’aveuglement. Ce projet, par conséquent, ne constituait pas une parenthèse dans son travail – ni une exception à sa réticence à discourir sur le dessin, ni une dérogation à son refus de « bavarder » sur des œuvres visuelles. C’était la continuation de sa réflexion sur les paradoxes de la vue, en ceci qu’elle a à faire avec l’invisibilité. C’était aussi, peut-être, le début d’une révision, puisque Derrida dit s’être aperçu, à partir d’un certain moment, que le privilège traditionnel du visible était « constamment soutenu, fondé, lui-même débordé par le privilège du toucher », Jean Galard, « Un jour Derrida – L’œuvre exappropriée, Derrida et les arts visuels », dans  Valerio Adami, Jacques-Olivier Bégot,  Daniel Bougnoux  et al., Un jour Derrida, Éditions de la Bibliothèque publique d’information, p. 85-96. En ligne : https://books.openedition.org/bibpompidou/1381

[11] L’exposition « Le Grand Atelier du Midi », dont la commissaire est Marie-Paule Vial, fut en 2013, «  l’un des événements-phares de Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture. Conçue comme un diptyque, cette exposition se déroule au palais Longchamp à Marseille et au musée Granet d’Aix-en-Provence. Elle réunit près de 200 œuvres de la peinture entre 1880 et 1950-1960 ». L’analyse de l’exposition est en ligne sur le site de France Inter : https://www.franceinter.fr/culture/le-grand-atelier-du-midi

[12] Exposition « Sous le soleil, exactement. Le paysage en Provence, du classicisme à la modernité (1750-1920) », fait la part belle aux peintres de l’École de Marseille. Elle a été présentée au Centre de la Vieille Charité, à Marseille, en 2005. Trois auteurs au catalogue : Nicolas Cendo, Guy Cogeval et Benoît Coutancier.

[13] Philippe Dagen, « Exposition : Brauner, Ernst et Takis en majesté à Toulouse », Le Monde, 7 septembre 2020. En ligne : https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/09/07/exposition-brauner-ernst-et-takis-en-majeste-a-toulouse_6051240_3246.html

[14] Le dossier de l’exposition en ligne : https://www.mam.paris.fr/fr/expositions/exposition-victor-brauner



Citer ce billet
ldiebold (2020, 28 octobre). Paroles de commissaires, une histoire des expositions temporaires en France depuis 1945. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv4q

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search