Préparation d’une thèse de littérature sur Jean Schlumberger

Séjours d’étude d’Arnaud Villanova, du 18 au 20 mars 2019 et du 17 au 29 juin 2020.

Préparation d’une thèse de littérature sur Jean Schlumberger, sous la direction de M. Olivier Bessard-Banquy.

Résumé

Homme de lettres, de théâtre, éditeur et observateur de la vie publique, Jean Schlumberger est souvent resté dans l’ombre des « grands » au succès desquels il a pourtant contribué : André Gide, Jacques Copeau, Roger Martin du Gard, Gaston Gallimard, d’autres et autant d’amis, avec qui il a partagé, parfois avec conflit, ses choix moraux, son engagement, son goût du théâtre, ses chroniques littéraires, autant d’éléments de son héritage à reconnaître et à approfondir. 

Si en l’état, la recherche sur Jean Schlumberger reflète sa retenue naturelle, ce travail se propose de retrouver ses traces, comme un jeune chercheur joue à l’enquêteur, en allant consulter le fonds chargé d’archives, de cahiers et de lettres conservé à la Fondation des Treilles.

Summary

A literary man, theater lover, publisher and public life observer, Jean Schlumberger has often remained in the shadow of the “greats” to whose success he nevertheless contributed : André Gide, Jacques Copeau, Roger Martin du Gard, Gaston Gallimard, others and as many friends, with whom he shared, sometimes debating his moral choices, his commitment, his taste for the theater, his literary chronicles, so many elements of his heritage to be recognized and deepened.

If as it stands, the research on Jean Schlumberger reflects his natural restraint, this work aims to find his traces, like a young researcher playing the investigator, by consulting the numerous archives, notebooks and letters kept at the Fondation des Treilles.

 

Compte rendu

De Jean Schlumberger, nous savons peu de choses. Nous avons conservé le célèbre monogramme aux trois lettres qui recouvre les couvertures siglées NRF mais son nom reste peu connu : on connaît la rue Sébastien-Bottin, la rue Vaneau, le Vieux Colombier ; la revue, la maison d’édition et le théâtre. Pourtant, outre sa place au sein de La Nouvelle Revue Française aux côtés de ses amis André Gide et Jacques Copeau, nombreux sont les aspects de sa vie inexplorés, voire oubliés. Son œuvre d’écrivain, attentive et réservée, est restée méconnue malgré sa richesse et témoigne d’une langue limpide et élégante comme sa pensée. Romans, essais, théâtre, écrits politiques, mêlent la conscience protestante de son auteur à son sens aigu de la famille et de l’amitié, mais souffrent de sa retenue naturelle. La lire, en rendre compte, comme l’héritage à recueillir d’une période que le grand âge atteint par son auteur lui a permis de traverser, sont une manière d’aborder les transformations qu’a connues le XXe siècle, autant sur l’histoire littéraire que sur le développement de l’édition.

Pour le premier séjour d’étude à la Fondation des Treilles, l’objectif était de prendre la mesure des archives du centre de recherche Jean Schlumberger, afin de préparer avec méthode les éléments qui allaient constituer ma thèse. Compte tenu du vaste fonds conservé aux Treilles (correspondances, carnets intimes et littéraires, articles), il m’était nécessaire d’en prendre connaissance en personne afin d’organiser une étude détaillée. Ignorant du volume d’archives, c’est par leur consultation et en me laissant guider par ce qu’elles offrent que j’ai pu donner un cadre délimité, exhaustif et défini à mon sujet, en dégageant les éléments qui m’ont paru les plus pertinents.

La première démarche a donc été d’étudier, d’abord à travers les articles de Jean Schlumberger, ses écrits et ses engagements, en mettant éventuellement à jour certaines réflexions, en essayant de lier de façon complémentaire les documents d’archives et son œuvre. Son rapport à l’Histoire et à l’imaginaire est régulièrement mentionné ; ses analyses sont d’une surprenante lucidité (d’anecdotiques questions de langue aux relations franco-allemandes, de réflexions sur l’individualisme au rôle de l’Europe) et sont croisées à un sens du roman et du récit très « classique ».

Par ailleurs, j’ai pu me procurer à la suite du séjour une partie de la bibliographie liée à Jean Schlumberger, ses œuvres complètes, ainsi que des textes annexes qui nourrissent ma réflexion globale (écrits sur le protestantisme, biographie de Gide, de Copeau, essais sur le Vieux-Colombier…).

Le second séjour avait une vocation plus précise puisque je me suis dirigé vers des documents particuliers, parmi la quantité d’archives : la correspondance de Schlumberger avec ses amis (Roger Martin du Gard) d’abord, puis celle avec sa mère, extrêmement importante et constituant la seule documentation sur ses jeunes années. Cette dernière s’ajoute d’ailleurs à nombre de ressemblances troublantes avec Marcel Proust : à moins de dix ans d’écart, les deux dreyfusards, issus d’une bourgeoisie close sur elle-même, fréquentent le même lycée, les mêmes cours, partagent la même fragilité physique, perdent leur mère au même âge, font des rencontres littéraires et écrivent leur premier recueil de poème à vingt-cinq ans, et sont tous deux nourris d’un héritage trop classique pour être identifiés comme des écrivains du XXème siècle — même si Schlumberger écrit sur le XXème siècle, il y a je crois une forme de résistance à y entrer.  C’est évidemment à nuancer, puisque cela n’a pas produit les mêmes résultats et, outre le refus du premier livre de La Recherche par les membres du comité, Schlumberger lui-même reconnaît qu’il n’a pas « ce don de la jalousie » ou cet appareil sensitif proustien.

Également, Jean Schlumberger apparaît comme un écrivain de la réconciliation : entre l’Histoire et le roman, la fable et les faits, lien sur lequel il insiste afin de comprendre le monde (déplorant la crise de l’imagination et de l’esprit critique), sachant qu’il faut ce don, « cette imagination qui redonne vie aux événements, qui ressuscite les morts ». Mais aussi, dans ses essais, réconciliation franco-allemande, contre l’idée de culpabilité collective et contre l’idée d’innocence collective, estimant que chaque peuple est co-responsable de son voisin ; réconciliation familiale dans ses romans, s’interrogeant sur la paternité ; réconciliation nationale dans ses articles ; et parfois même réconciliation entre les membres de la Revue… Son recul perpétuel sur les évènements, afin de les peser et de les considérer dans leur mouvement, propose une pensée prudente, un regard attentif, curieusement visionnaire, à égale distance de la théorie et de la polémique. Sans cesse compréhensif, Schlumberger cherche à trouver ce qu’il nomme le « milieu juste » ; et sans doute est-ce cette douceur de caractère qui l’a préservé des éclats qui mettent en vedette (Gide ajoute : « C’est sa faute ; il n’a pas su se faire des ennemis ; aujourd’hui il faut faire de la surenchère. »)

Mon travail, celui de l’enquête méticuleuse, patiente et documentée, s’appuie donc sur une approche historique rigoureuse. Pour cela, le cadre de la Fondation permet un travail véritablement immersif, patient, nécessaire au travail d’archives et à l’étude approfondie d’un sujet de recherche. Chaque séjour est toujours productif, me donnant la possibilité de creuser et de prendre autant de notes que possible, considérant le temps dont je dispose face à la quantité d’archives. L’opportunité de pouvoir consulter ces ressources inédites, qui feront le prix de ma thèse, est une véritable chance et je vois dans la perspective d’une étude aussi fouillée une façon de rendre hommage à Jean Schlumberger, « cet homme vif, sec, et d’une courtoisie comme il n’en est plus[1] », dont la discrétion était comme une seconde nature et qui « avait préféré se taire. Il est temps de l’écouter[2] ».

[1] Marguerite Yourcenar, « Ébauche d’un Jean Schlumberger », La N.R.F., n°195, mars 1969, p. 322-326.

[2] Jean Schlumberger, Notes sur la vie littéraire (1902-1968), édition de Pascal Mercier, Paris, Gallimard, 1999.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search