Traduction de Sylva Sylvarum de Francis Bacon

Séjour d’étude de Claire Crignon (Sorbonne Université), Sylvie Kleiman-Lafon (Université Paris 8), Sandrine Parageau (Université Paris Nanterre/IUF) du 31 août au 5 septembre 2020.

 

Résumé

Traduire Sylva sylvarum (1626) de Francis Bacon (1561-1626), c’est tout d’abord faire l’expérience d’une rencontre entre discours scientifique et discours littéraire. Loin de délaisser l’observation de la nature, loin de considérer la nature uniquement comme l’objet d’une exploitation par l’homme, le Chancelier d’Angleterre s’attache à décrire les échanges entre le règne minéral, le règne végétal et le règne animal, les mouvements et les perceptions des plantes, les mouvements imperceptibles de l’air, etc. La traduction de ce texte en français contribue au renouvellement des étude philosophiques et littéraires sur l’histoire naturelle. Elle permet de proposer au lecteur un ouvrage dont le succès ne s’est pas démenti pendant tout le XVIIe siècle et qui est aujourd’hui négligé au profit de textes présentés comme plus conceptuels.

Abstract

Translating Sylva Sylvarum (1626) by Francis Bacon (1561-1626), first implies the direct experience of an encounter between scientific and literary discourses. Far from neglecting the observation of nature, and far from considering nature as the mere object of human exploitation, the Lord Chancellor of England describes the various interactions between the mineral, the vegetal, and the animal kingdoms, as well as the movements and perceptions of plants, the almost imperceptible movements of air, etc. The translation of this text in French is meant as a contribution to the current renewal of the philosophical and literary studies of natural history. It will allow French readers to discover a work that was highly successful throughout the seventeenth century, but was later largely neglected in favour of other texts by Bacon that are considered more conceptual.

Compte rendu

Sylva sylvarum paraît de manière posthume en 1626, édité par le secrétaire de Francis Bacon, William Rawley, à partir de notes éparses. Cet ouvrage rédigé en anglais recense et décrit mille expériences portant sur des sujets aussi divers que les plantes, les sons, l’imagination, l’air, la médecine etc. Il est divisé en dix centuries qui présentent chacune cent expériences et observations empiriques. S’agit-il d’un livre de recettes, d’un manuel de l’expérimentaliste, ou d’une encyclopédie de la nature ? Quel usage devait faire le lecteur de ce texte ? Le sous-titre du livre nous indique qu’il s’agit d’une « histoire naturelle », dont Rawley nous dit dans la préface au lecteur qu’elle doit servir de fondement à l’établissement d’une « vraie philosophie », à l’inverse des histoires naturelles composées jusque-là, qui ne visaient que le divertissement et le plaisir des lecteurs[1]. La lecture de Sylva n’a donc pas vocation à être récréative ; elle participe plutôt à l’établissement d’une forme de savoir.

On peut supposer, étant donné sa structure et le fait qu’il s’agit d’une liste d’expériences, que l’ouvrage n’était pas destiné à être lu de A à Z, mais plutôt consulté ponctuellement, sur des thèmes ou des types d’expériences qui intéressaient plus spécifiquement le lecteur. Sylva propose un réservoir d’exemples et de modèles d’expériences dans lequel chacun peut puiser, selon ses intérêts et ses besoins : Bacon y invite d’ailleurs souvent le lecteur à reproduire ou prolonger certaines des expériences qu’il décrit, soit parce qu’elles ont une utilité (par exemple, accélérer la germination) ou parce qu’elles produisent des effets « curieux ». Par les sujets qu’il aborde, sa réticence à citer explicitement ses sources, ou encore à recourir au latin, l’ouvrage ne semble pas s’adresser en priorité aux savants, mais à un public plus large d’amateurs intéressés par la connaissance de la nature et la promotion des sciences. Étant donné que Sylva sylvarumétait presque toujours publié avec La Nouvelle Atlantide au dix-septième siècle, on peut aussi penser que les expériences décrites dans cette histoire naturelle sont celles pratiquées dans la Maison de Salomon.

Au cours de notre séjour à la Fondation des Treilles, nous avons exploré plus particulièrement deux aspects du texte. D’une part, les observations et les expériences sur les végétaux ; d’autre part, la question du style de l’histoire naturelle. Dans ce passage traduit à partir de la cinquième centurie, le lecteur voit Bacon interroger la légitimité des savoirs transmis par les Anciens sur les plantes et invite le lecteur à poursuivre les expérimentations :

On rapporte que les concombres seront moins aqueux et plus semblables à des melons si vous remplissez le trou où vous les avez plantés, jusqu’à mi-hauteur, de paille ou de brindilles que vous recouvrez de terre car il apparaît que les concombres aiment particulièrement l’humidité et en absorbent trop, ce qu’empêchent la paille et les copeaux de bois. On rapporte même que si vous placez un pot d’eau à environ cinq ou six pouces d’un concombredéjà grand, il lancera en vingt-quatre heures des pousses qui atteindront le pot. Si cette expérience est avérée, elle est d’une nature supérieure à ce qui est traité dans ce chapitre et n’y a donc pas sa place car elle met en évidence la perception des plantes, qui les meut vers ce qui peut les aider et les conforter, même à distance. Beaucoup plus étrange est la tradition des Anciens qui veut que si vous piquez un pieu ou un tuteur à une certaine distance d’un cep de vigne, celui-ci poussera dans cette direction, ce qui est bien plus étrange (comme je l’ai dit) que l’expérience du concombre car l’eau peut agir par sympathie ou attraction, mais l’exemple du pieu semble impliquer un discours raisonnable[2].

Cet extrait montre tout l’intérêt qui est prêté à l’observation de la nature, aux plantes, aux modes d’action possibles sur leur maturation, y compris lorsque ces derniers impliquent le recours à des pratiques occultes, souvent transmises par tradition. On peut noter que lorsqu’il parle de perception, Bacon n’établit pas de frontière étanche entre l’humain, l’animal et le végétal : « Plantes, animaux, phénomènes atmosphériques communs ou extraordinaires […] » ne sont pas ici « expulsés » des « objets d’étude privilégiés » de la philosophie[3].

Le second aspect de notre travail à la Fondation des Treilles a porté sur le style très littéraire de Sylva sylvarum, qui vient se heurter à une écriture technique et parfois aride, par exemple dans la centurie II, qui porte essentiellement sur les sons. La dimension littéraire de Sylva est évidente lorsque Bacon décrit des phénomènes naturels, tels que la vie ou la sensation, qu’il attribue volontiers aux végétaux, par exemple. Au XIXe siècle, le traducteur Antoine Lasalle, reproche d’ailleurs à Bacon d’utiliser des termes inappropriés et d’attribuer par exemple des « désirs », des « projets », une « envie » une « volonté » aux arbres, alors qu’il devrait parler de « tendance ». Lassalle estime que le texte de Bacon n’est pas assez « scientifique ». À côté des nombreux termes techniques et des longues descriptions en style pédestre, on trouve en effet, dans Sylva sylvarum, de véritables « envolées lyriques », comme dans l’expérience 115 sur les sons :

Les Cieux se meuvent ainsi, de la manière la plus rapide, sans que nous en percevions le moindre Bruit ; même si l’on raconte que dans certains Rêves ils produisent une exquise Musique. Il en est de même du Mouvement des Comètes et des Météores (comme les Stella Cadens, &c.) qui se fait sans Bruit. Et si l’on pense que c’est à cause de la Grande distance qui nous sépare d’eux et qui empêche le Son de nous parvenir, il suffit de songer que la Foudre et les Coruscations, qui sont proches de nous, ne produisent pas non plus de Son.[4]

Si les thèmes dont il est question ici (la musique et le silence de la nature, ou l’harmonie des sphères) se prête particulièrement bien à un traitement poétique, le choix des termes et des images par Bacon renforce la dimension presque lyrique du texte, qui exprime le paradoxe d’un mouvement considérable et pourtant silencieux.

[1] William Rawley, Préface au lecteur, in Sylva sylvarum, or a Natural History in Ten Centuries, Londres, William Lee, 1626 : « […] the Scope which His Lordship intendeth, is to write such a Naturall History, as may be Fundamentall to the Erecting and Building of a true Philosophy : For the Illumination of the Understanding ; the Extracting of Axiomes ; and the Producing of many Noble Works, and Effects » [A1v].

[2] Francis Bacon, Sylva Sylvarum, Londres, William Lee, 1626, Centurie V, p. 120. Italiques de l’auteur.

[3] Emmanuel Coccia, La Vie des plantes, Paris, Rivages, 2016, p. 32.

[4] Bacon, Sylva Sylvarum, op. cit., p. 38.



Citer ce billet
ldiebold (2020, 28 septembre). Traduction de Sylva Sylvarum de Francis Bacon. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv4n

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search