Traité du rire

Séjour d’étude organisé par Irène Salas (MCF à l’Université d’Oxford/Chercheuse associée à l’EHESS) du 7 au 21 juillet 2020.

 

Résumé 

D’Aristote à Freud, ou de Platon aux neurosciences, en passant par Bergson et quelques autres auteurs majeurs, le rire a suscité bien des théories — et il continue de soulever bien des questions. Dans la longue liste de ceux que ce mystérieux phénomène a fascinés, un humaniste de la Renaissance occupe une place importante et pourtant parfois sous-estimée : Laurent Joubert (1529-1583), chancelier de l’université de Montpellier, fut le conseiller et médecin ordinaire du futur Henri IV et l’auteur d’un Traité du Ris, contenant son essance, ses causes et mervelheus effais (Paris, Nicolas Chesneau, 1579, 375 p.). Traduit en diverses langues au cours des dernières décennies, l’ouvrage n’a pourtant jamais été réédité en France depuis sa publication au XVIe siècle. Pour le rendre accessible à un plus large public, je me propose de le translater en français moderne et de l’accompagner d’un appareil critique.

 

Summary 

From Plato and Aristotle, via Freud and Bergson, to neuroscience, laughter has sparked a variety of theories from some of the most important writers and thinkers: and it continues to raise many questions. In the long list of those fascinated by this mysterious phenomenon, a Renaissance humanist occupies an important and yet sometimes underestimated place. Laurent Joubert (1529-1583), chancellor of the University of Montpellier, was the advisor and personal physician of the future Henri IV. He also wrote a Treatise on Laughter (Traité du Ris, contenant son essance, ses causes et mervelheus effais, Paris, Nicolas Chesneau, 1579, 375 p.) This book has been translated into various languages ​​over the last few decades, but, surprisingly, has never been reissued in France since its first publication in the 16th century. To make this treatise accessible to a wider audience, therefore, I intend to produce a critical edition of the work, with my translation of the text into modern French, supplemented with explanatory notes and critical apparatus.

 

Compte rendu 

La médecine hippocratique enseigne que le rire est sain et a un effet curatif. Mais, paradoxalement, il peut aussi apparaître comme une sorte de folie qui s’empare de nous involontairement, du tréfonds du corps jusqu’au visage… Comme l’a fait Démocrite en son temps avec les animaux, pour trouver le siège de la folie, le médecin-chirurgien français de la Renaissance Laurent Joubert s’ingénie à disséquer le phénomène énigmatique qu’est le rire, pour tâcher d’en comprendre le mystère. Sous sa plume, cette « merveille » apparaît aussi insaisissable qu’inquiétante, aussi thérapeutique que destructrice, aussi bénéfique que malsaine.

         Comme mon travail aux Treilles a achevé de m’en convaincre, l’œuvre de Joubert offre un remarquable exemple de ce que Jackie Pigeaud, en notre siècle, a appelé « littérature médico-philosophique ». En premier lieu, partant du principe que l’anatomie du rire ne peut s’exercer que sur le vivant, le Traité du ris construit une minutieuse physiologie du rieur : l’auteur se demande, par exemple, si l’« affection risifique » est provoquée par le cerveau, la rate ou les contractions du cœur. Certains titres de ses chapitres témoignent de son exigence : « D’où procède que les yeux étincellent et pleurent », « D’où vient que la bouche s’ouvre, que les lèvres s’allongent et que le menton s’élargit », « Savoir si l’on peut rire en dormant », « Pourquoi le rire excessif nuit plus aux gras qu’aux maigres », « Comment le rire agite la poitrine, et d’où vient la voix entrecoupée », « Pourquoi le visage rougit », « De la douleur qu’on sent au ventre quand on rit trop », « Qu’on peut s’évanouir de rire — et peut-être en mourir ? »…

         Mais le rire est aussi un phénomène culturel, non moins qu’une affaire de viscères. Joubert en vient donc à élaborer, en deuxième lieu, une véritable « phénoménologie » : en s’appuyant sur  les théories du comique, et en discutant les auteurs anciens tels Aristote ou Cicéron, il note en particulier que le rire est composé de mouvements contraires, « mêlés de joie et de tristesse », ce qui le conduit à élaborer une fascinante typologie. Le médecin distingue ainsi les « vrais » rires (francs, débonnaires et joviaux) des « faux » rires, bâtards, forcés, maladifs, dissolus, agressifs, contrefaits ou simplement réflexes (comme les chatouilles, par exemple), mais aussi les rires douloureux, blessant le diaphragme et pouvant être fatals. Autant nous semblent classiques certaines des questions qu’il pose — pleurs et rire sont-ils « les propres de l’homme ? » —, autant d’autres ouvrent des pistes nouvelles : le rire a-t-il pour effet de libérer un surplus d’énergie psychique ou de renforcer les liens sociaux ? Résulte-t-il d’un sentiment de supériorité ? Consiste-t-il en un placage du mécanique sur le vivant ?

          Lorsque le rire incontrôlable s’empare de nous, tel un séisme sporadique, il met à rude épreuve la raison, le logos ; et est susceptible de nous faire basculer dans une folie de courte durée, voire dans l’animalité. Le médecin doit alors se faire quelque peu philosophe : pour éclairer certains mystères du rire, il esquisse une philosophie de l’humain et de ses frontières. Joubert pratique à cet égard une éthique de la modération, conseillant au lecteur un rire mesuré, tempéré au sens médical, qui offre un remède à la mélancolie et favorise de ce fait une vie meilleure et plus vertueuse. L’auteur lui-même ne manque pas de susciter l’hilarité de son lecteur : aux discours érudits et abstraits, il allie un langage truculent, riche en exemples cocasses, en anecdotes facétieuses, en proverbes populaires, qui conserve tous les charmes de l’oralité. Savant vulgarisateur, à la fois praticien et enseignant, il cherche à s’adresser à un large public autant qu’à ses pairs ou à ses étudiants.

         C’est dans cet esprit qu’il importe, me semble-t-il, de restituer le « gai savoir » de Joubert. J’ai mis à profit mon séjour à la Fondation des Treilles pour terminer la translation de son traité en français moderne, la préférant à une retranscription en français moyen qui susciterait de nombreux problèmes de lisibilité. À cette fin, j’ai pris pour base le texte français de 1579, version finale la plus complète, comprenant les trois livres (car la version latine du De Risu de 1558 demeure introuvable ; le texte de 1560, publié à Lyon chez Jean de Tournes, dans la traduction supposée de Loys Papon, quant à lui, ne contient que le premier livre). Sans prétendre à une édition critique, j’entends examiner les ajouts (apportés entre 1560 et 1579), rectifier certaines coquilles et mettre en notes les variantes les plus significatives.

         J’ai également entrepris la rédaction du péritexte du volume, qui comprendra une Introduction détaillée, un Index nominum, une bibliographie, des notes ; mais aussi un dossier, lui-même comprenant un glossaire, une chronologie, ainsi que de la traduction par J. Guichard de la célèbre lettre d’Hippocrate à Damagète, reproduite en annexe du Traité par Joubert (La cause morale du ris de l’excellant & tres-renommé Democrite, expliquee & temognee par le divin Hippocras, an ses epitres, traduite du grec en français, par M. I. Guichard). Cette lettre a été translatée en français moderne lors de mon séjour, ainsi que les lettres et dédicaces, épigrammes, sonnets en latin et grec des disciples et amis.

N’a pas été repris, en revanche, le Dialogue sur la Cacographie Française, avec des Annotacions sur l’orthographe figurant en appendice du Traité, bien qu’il soit très intéressant et illustre une autre facette du médecin-écrivain. J’ai souhaité privilégier le Traité du Ris, en offrant une édition sérieuse et agréable à un public qui dépasse celui des spécialistes de la Renaissance. Traduit depuis longtemps en anglais (1980) et en espagnol (2002), le singulier ouvrage de Laurent Joubert n’avait toujours pas été restitué dans une édition accessible en français moderne.

 

 

 

 



Citer ce billet
ldiebold (2020, 14 août). Traité du rire. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv4k

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search