Bruxelles-Londres : les échanges culturels entre la Belgique et les îles britanniques de 1880 à 1930

Séjour d’étude de Clément Dessy, du 30 septembre au 14 octobre 2019.

 

Résumé 

À la fin du 19ème siècle, Bruxelles occupe une place incontournable dans les échanges avec Londres et la Grande-Bretagne. Une anglomanie particulièrement forte règne dans les cercles d’artistes et d’écrivains d’avant-garde en Belgique (Fernand Khnopff, Émile Verhaeren, Maurice Maeterlinck, Georges Eekhoud, Georges-Olivier Destrée…), tandis qu’outre-Manche, on prête aux Belges – perçus comme mi-germaniques et  mi-latins – un rôle d’innovation dans les arts et les lettres, qui se distinguerait des tendances parisiennes et françaises (Oscar Wilde, Arthur Symons, William Sharp, William Archer, Laurence Housman…). Le présent ouvrage entend montrer comment ces échanges ont permis à la Belgique de tenir un rôle de pivot entre Londres et Paris sur le plan culturel. Il montrera en sens inverse que les auteurs et artistes belges ont pu atteindre une audience internationale (et Maeterlinck son prix Nobel) par le biais d’une double reconnaissance, non seulement française, mais aussi et surtout anglaise. Sur le plan théorique, l’ouvrage fournira des méthodes permettant d’aborder les échanges entre deux espaces culturels situés à des niveaux hiérarchiques distincts, Bruxelles émergeant sur le plan culturel international à une période où Londres rivalise avec Paris comme capitale impériale.

Summary

 

At the end of the 19th century, Brussels was a major centre of cultural exchanges with London and Great Britain. A particularly strong Anglomania existed in literary and artistic Belgian avant-gardes (Fernand Khnopff, Émile Verhaeren, Maurice Maeterlinck, Georges Eekhoud, Georges-Olivier Destrée…), whereas Belgians were perceived as real innovators in the arts and letters with writers such as Oscar Wilde, Arthur Symons, William Sharp, William Archer, Laurence Housman… The book aims to show how these exchanges have enabled Belgium to play a pivotal role between London and Paris on the cultural level. It will also show how Belgian authors and artists could reach an international audience (Maeterlinck won the Nobel Prize in 1910) thanks to a double international recognition in France and England. At a theoretical level, the book will provide methods to address the exchanges between two cultural spaces situated at distinct hierarchical levels, with Brussels emerging on the international cultural scene at a time when London rivals Paris as imperial capital.

Compte rendu

 

À la fin du 19ème siècle, la Belgique constitue un tremplin pour la diffusion des arts britanniques en Europe, en particulier la peinture des préraphaélites et les arts décoratifs. En 1898, la revue L’Art décoratif présente les Belges comme les « vrais continuateurs » des Arts & Crafts, « mouvement anglais à l’origine », alors que l’expérimentation de « formes nouvelles » n’aurait gagné la France que dans un second temps[1]. John Ruskin, William Morris et Walter Crane fascinent la jeune génération des artistes et écrivains belges. Les salons des XX puis de la Libre esthétique initient « une vague d’impressions londoniennes[2] » à Bruxelles à partir de l’exposition d’œuvres de Whistler, vite suivies de celles de Crane, Morris, Burne-Jones, Ashbee, Heywood Sumner, Image, Maddox Brown, Laurence Housman…

Cette anglophilie reflète aussi une réalité sociologique avec l’existence de nombreuses communautés anglaises dans le pays depuis la bataille de Waterloo. Dès 1815 se sont formées des « colonies anglaises », ainsi les dénommait-on, souvent rassemblées dans des quartiers spécifiques, à Gand, à Liège, mais surtout à Bruxelles et à Bruges. À Bruxelles, autour de 1900, la colonie est devenue un lieu select si l’on en croit Louis Dumont-Wilden : « C’est un parc britannique en réduction que les Anglais de Bruxelles ont établi là pour être réellement chez eux en terre étrangère. Il semble qu’on y respire un air anglais. […] Tout ce petit monde a l’aspect d’intimité propre et saine de la vie anglaise, et des romans d’outre-Manche ; on les sent chez eux grâce à notre hospitalité belge […]. » Au cours du xixe siècle, de nombreux Britanniques envoient leurs enfants suivre leur scolarité à Bruxelles, comme l’illustre le cas des sœurs Brontë en 1842, mais de nombreux écrivains et artistes traversent aussi la Mer du Nord, comme Dante Gabriel Rossetti, Arthur Symons, ou Ernest Dowson, pour découvrir les peintres flamands.

Au rôle d’intermédiaire qu’a joué Bruxelles vis-à-vis des arts visuels[3] s’ajoute son rôle vis-à-vis de la littérature de l’aesthetic movement et de la décadence anglaise, organisée autour des figures de Walter Pater, Algernon Charles Swinburne ou Oscar Wilde. Entrant en rivalité avec la capitale française, de nombreux écrivains belges tirent leur inspiration des arts et de la littérature d’Angleterre afin de se distinguer sur la scène culturelle internationale[4]. Dans un article pour La Nation, en 1891, le poète belge Émile Verhaeren adopte une position de surplomb nationaliste, évoquant la publication des poèmes traduits de Swinburne qui « aura l’honneur d’initier les écrivains français, d’ordinaire très ignorants de ce qui se fait ailleurs, à la pensée et à la poésie swinburnienne, et le bonheur de provoquer l’unanime admiration due à quelqu’un de très grand[5]. » Cette remarque acerbe révèle à nouveau la forme de compétition larvée que certains écrivains belges entretiennent avec Paris dans l’attention réservée aux littératures étrangères. Le poète belge enchaîne avec une profession de foi cosmopolite où il vante les vertus de « ceux qui regardent plus loin qu’une frontière et sont intellectuellement, au-delà du pays où ils séjournent, les citoyens d’une ville européenne imaginaire où tous les esprits étendus se rencontrent et vont aux nouvelles du monde ».

L’étude analysera les échanges culturels entre le Royaume-Uni et la Belgique autour de 1900 en mettant en relation les données historiques et sociologiques avec les formes esthétiques. Elle étudiera les influences, les appropriations et la diffusion des œuvres en les comprenant à travers les contacts, les événements culturels, les migrations ou les voyages d’artistes ou d’écrivains. Le séjour à la Fondation des Treilles m’a permis de rédiger un chapitre sur l’influence paradoxale et méconnue de Walter Pater et d’Algernon Charles Swinburne sur les écrivains belges symbolistes. Le cas de Swinburne m’a permis de montrer que les écrivains belges se perçoivent comme des médiateurs par rapport aux Français, qui seraient des « Latins » purs. Cette vision est une fiction, mais elle explique pourquoi les Belges cherchent à aborder le poète anglais avec un regard qui leur est propre. Maurice Maeterlinck décrit l’œuvre du poète anglais comme « l’une des plus profondément sympathiques » qu’il connaisse. En Belgique, les écrivains symbolistes ont négocié et défini de nouvelles options esthétiques en s’appropriant l’œuvre de Swinburne : La Jeune Belgique (1881-1897) ce qui constitue le tremplin à partir duquel des écrivains comme Olivier-Georges Destrée, Iwan Gilkin, Georges Eekhoud, Maurice Maeterlinck ou Émile Verhaeren vont discuter et s’échanger les textes du poète anglais. C’est dans l’exhortation même faite au poète de s’émouvoir à travers la chair et la matière de ses personnages, « sensibilité » ou « sadisme », que se trouve la plus belle leçon du poète anglais aux écrivains belges.

[1] « Préface » L’Art décoratif, no 1, 1er octobre 1898, p. 2.
[2] Madeleine Maus, Trente années de lutte pour l’art. Les XX et la Libre Esthétique, Bruxelles, Lebeer-Hossmann, 1980, p. 41.
[3] Voir, pour la France, Laurence Brogniez, Préraphaélisme et symbolisme. Peinture littéraire et image poétique, Paris, Honoré Champion, 2003 et, pour les Pays-Bas, Anne Cathrien Van Buul, In vreemde grond geworteld. Prerafaëlitisme in de Nederlandse literatuur en beeldende kunst (1855-1910), Hilversum, Verloren, 2014.
[4] Pascale Casanova, La République mondiale des Lettres, Paris, Seuil, 1999, p. 186-187.
[5] Émile Verhaeren, « Charles Algernon Swinburne », La Nation, 17 juin 1891.