Ecrire une Histoire mondiale de l’esclavage

Séjour d’étude de Paulin Ismard, Benedetta Rossi, Cécile Vidal et Claude Chevaleyre, du 25 au 30 mars 2019

Résumé

 

L’objectif du séjour d’étude à la Fondation des Treilles était de préparer la publication d’un  ouvrage collectif à paraître aux éditions du Seuil en 2021, intitulé Histoire mondiale de l’esclavage. L’ouvrage, qui entend aborder le phénomène esclavagiste dans toutes ses dimensions depuis la plus haute antiquité jusqu’à la période contemporaine, réunit une cinquantaine d’auteurs francophones et non francophones. Le séjour d’étude avait surtout pour vocation de discuter, avec chacun des auteurs, les articles en cours de rédaction de la deuxième partie de l’ouvrage. Intitulée « Comparaisons », celle-ci traite d’institutions ou de phénomènes communs à nombre de systèmes esclavagistes dans l’histoire de l’humanité. Dans cette partie, nous cherchons à explorer la possibilité et les paramètres d’une démarche comparatiste à l’échelle mondiale et à redéfinir ainsi les concepts d’esclavage et de société esclavagiste. Le séjour d’étude nous a ainsi permis de croiser nos regards et compétences de spécialistes de régions et de périodes différentes afin de s’orienter dans les multiples historiographies à mobiliser et d’identifier les différentes facettes des thématiques abordées.  Les institutions ou phénomènes abordés lors de ce séjour ont été les suivants (à raison de quatre thèmes par journée) : dette ; marché ; corps ; genre ; identification ; esclavage public ; esclavage contractuel ; mort ; justice ; esclavage pénal ; propriété ; travail ; affranchissement ; travail. Même si, au terme de cette réunion, nos articles sont encore au stade de l’ébauche, nos présentations et nos discussions ont confirmé le fort potentiel heuristique de la démarche comparatiste.

Summary 

The aim of the seminar at the Fondation des Treilles was to prepare the publication of a collective work to be published in 2021, entitled Histoire mondiale de l’esclavage (Le Seuil). The work, which is intended to address the phenomenon of slavery in all its dimensions from the earliest antiquity to the contemporary period, brings together some 50 authors. The main purpose of the seminar was to discuss, with each of the authors, the articles being written for the second part of the book. Entitled « Comparisons », it deals with institutions or phenomena common to a number of slave societies in the history. In this part, we seek to explore the possibility and the parameters of a worldwide comparative approach and thus redefine the concepts of slavery and “slave society”. The seminar thus enabled us to compare our views and expertises as specialists from different regions and periods in order to orient ourselves in the multiple historiographies to be mobilized and to identify the different facets of the issues tackled. The institutions or phenomena addressed during the seminar were the following (four themes per day): debt; market; bodies; gender; identification; public slavery; contractual slavery; death; justice; penal slavery; property; work; emancipation. Even if, at the end of the seminar, our papers are still at the draft stage, our presentations and discussions confirmed the strong heuristic potential of the comparative approach.

Compte-rendu

Le séjour d’étude était organisé conjointement par Paulin Ismard (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut Universitaire de France), historien de la Grèce ancienne, Benedetta Rossi (Birmingham University), anthropologue et historienne travaillant sur l’Afrique de l’Ouest, Claude Chevaleyre (CNRS), spécialiste de l’esclavage en Chine, et Cécile Vidal (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), dont les recherches portent sur l’esclavage en situation coloniale aux Amériques.

L’objectif de ce séjour d’étude à la Fondation des Treilles était de préparer la publication d’un ouvrage collectif à paraître aux éditions du Seuil en 2021, intitulé Histoire mondiale de l’esclavage. L’ouvrage, qui entend aborder le phénomène esclavagiste dans toutes ses dimensions depuis la plus haute antiquité jusqu’à la période contemporaine, réunira une cinquantaine d’auteurs francophones et non francophones. S’adressant à la fois à un public large et à une audience plus spécialisée (universitaires et étudiants), il entend présenter sous une forme accessible les travaux récents les plus novateurs autour de la question de l’esclavage, au sein des différentes périodes historiques et jusque dans ses manifestations les plus contemporaines. L’ouvrage souhaite aussi contribuer à renouveler une approche de type comparatiste dans l’étude du phénomène esclavagiste.

Le séjour d’étude à la Fondation des Treilles avait surtout pour vocation de discuter les articles en cours de rédaction de la deuxième partie de l’ouvrage. Intitulée « Comparaisons », celle-ci traite d’institutions ou de phénomènes communs à nombre de systèmes esclavagistes dans l’histoire de l’humanité. Dans cette partie, nous cherchons à explorer la possibilité et les paramètres d’une démarche comparatiste à l’échelle mondiale et à redéfinir ainsi les concepts d’esclavage et de société esclavagiste. L’ouvrage souhaite en ce sens surtout renouer avec une ambition comparatiste, à l’origine d’œuvres majeures [ainsi O. Patterson, Slavery and Social Death, Harvard, 1982 ; C. Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage, Paris, 1986 ; A. Testart, L’esclave, la dette, le pouvoir, Paris, 2001], mais abandonnée dans les travaux récents portant sur l’histoire de l’esclavage.

Les institutions ou phénomènes abordés lors du séjour d’étude ont été les suivants (à raison de quatre thèmes par journée) : dette ; marché ; corps ; genre ; identification ; esclavage public ; esclavage contractuel ; mort ; justice ; esclavage pénal ; propriété ; travail ; affranchissement ; travail.

Lorsque l’on cherche à pratiquer le comparatisme à l’échelle mondiale sur la très longue durée et à l’échelle du monde, la première difficulté est de prendre la mesure des bibliographies existantes. Or, il va de soi que les historiographies sont très inégales selon les systèmes esclavagistes. Celles qui prédominent concernent l’esclavage-marchandise qui s’est développé aux Amériques sous la houlette des Européens entre le XVIe et le XIXe siècle, ainsi que, dans une moindre mesure, celui des mondes grec et romain durant l’Antiquité. En revanche, on est souvent plus démuni pour d’autres régions et d’autres périodes. Même pour les deux historiographies les plus importantes, les problématiques et les débats abordés sont, en outre, en partie différents en raison des sources disponibles et des idiosyncrasies propres aux systèmes esclavagistes étudiés. L’autre difficulté dans la pratique d’un tel comparatisme est que, en dehors de son domaine d’expertise sur lequel on a un point de vue personnel fondé sur des recherches empiriques, nous sommes dépendants des travaux des collègues pour les autres régions et périodes et nous n’avons pas toujours les moyens de trancher les débats historiographiques. Le séjour d’étude nous a ainsi permis de croiser nos regards et compétences de spécialistes de régions et de périodes différentes afin de s’orienter dans les multiples historiographies à mobiliser et d’identifier les différentes facettes des thématiques abordées.   

Même si, au terme du séjour d’étude, nos articles sont encore au stade de l’ébauche, nos présentations et nos discussions ont confirmé le fort potentiel heuristique de la démarche comparatiste, comme en témoignent les quelques exemples suivants. Celle-ci permet en premier lieu de mettre en évidence les points communs et les différences existant entre plusieurs sociétés esclavagistes. Les sociétés ayant connu l’esclavage ont ainsi presque toutes mis en place diverses formes de manumission comme si l’esclavage ne pouvait exister sans sa négation. En revanche, comme l’a déjà souligné Orlando Patterson, la fréquence et les modalités du processus d’affranchissement, ainsi que le statut des affranchis constituent ce qui permet le mieux de différencier ces sociétés. Le comparatisme permet également de tester des interprétations, voire des paradigmes en les appliquant à de nouveaux cas d’études. Une idée commune chez les historiens de l’esclavage est que la distinction entre insiders et outsiders est cruciale pour comprendre qui sont les personnes et les groupes pouvant être asservis dans un collectif donné, la plupart des sociétés étant réticentes à réduire ses propres membres en esclavage. Or l’esclavage pénal est l’une des sources principales d’esclavage interne, mais la notion n’a pas encore été travaillée de manière comparatiste alors que le phénomène était loin d’être inexistant dans de nombreuses sociétés. S’interroger sur cette forme particulière d’esclavage devrait permettre de regarder différemment l’institution esclavagiste. De la même façon, l’analyse des différentes formes d’esclavage public à l’œuvre aussi bien dans les sociétés antiques, dans l’Amérique coloniale que dans le monde musulman médiéval et moderne (le « phénomène mamelouk ») met en évidence la grande diversité du recours au travail servile et permet d’ouvrir un vaste champ d’interrogation sur le statut même de la relation à l’État dans les sociétés esclavagistes. L’approche comparatiste, enfin, permet de transférer des problématiques d’une historiographie à l’autre. La mort a pu ainsi être décrite par l’historien Vincent Brown comme étant le phénomène premier modelant la société esclavagiste jamaïcaine au XVIIIe siècle. Étendre cette question des rapports entre mort et esclavage à l’ensemble des sociétés ayant connu l’esclavage et prendre en compte ses différentes facettes, y compris la pratique des morts d’accompagnement impliquant des maîtres et leurs esclaves et existant dans de nombreuses sociétés qui ne sont pas au centre des études sur l’esclavage, permet d’éclairer différemment la relation esclavagiste qui pouvait perdurer au-delà de la mort.   


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search