Colloque de neurochirurgie

Colloque organisé par Claudio Testa (Hôpital Bellaria – Bologne, Italie) du 8 au 15 mai 1983

Résumé

Du 8 au 15 mai 1983,  la Fondation a expérimenté une autre forme de session : à l’instigation de Claudio Testa, Les Treilles ont invité sept jeunes neurochirurgiens spécialisés dans l’opération des anévrismes — deux Américains, un Français, deux Italiens, un Japonais, un Suédois — pour des discussions informelles avec un neurochirurgien d’autorité internationale, le Dr. Charles Drake de London — Ontario — et avec le Dr Neal Kassel, Président de l’étude coopérative informatisée des anévrismes.

Le but proposé par les participants était la confrontation de leur expérience neurochirurgicale sur des problèmes précis tels que le traitement des anévrismes et des tumeurs cérébrales. A cela s’ajoute leur désir d’examiner pour chacun d’eux leur condition d’exercice, les facilités ou les difficultés qu’ils ont de pouvoir opérer dans des conditions de sécurité et de fiabilité offertes aujourd’hui par les techniques modernes. Ces problèmes généraux on fait l’objet d’un exposé par le Professeur Drake, qui a dégagé les conditions socio-culturelles, financières et éthiques posées par l’exercice actuel de la neurochirurgie et son développement.

Participants

  • Alvaro Andreoli (Hôpital Bellaria – Bologne, Italie)
  • David J. Boarini (University of Iowa, USA)
  • Charles Drake (University of Western Ontario – London, Canada)
  • Neal F. Kassel (University of Virginia, USA)
  • Christer Lindquist (Hôpital Karolinska, Stockholm, Suède)
  • Tomio Sasaki (University of Iowa, USA)
  • Claudio Testa (Hôpital Bellaria – Bologne, Italie)
  • André Viso (CMC Foch, Suresnes, France)
  • Mario Zucarello (Hôpital civil de Padoue, Italie).

Compte-rendu

Le premier jour

Le Professeur Drake fait un historique de l’histoire naturelle des hémorragies par rupture d’anévrisme. Il fait également une revue de l’évolution des techniques neurochirurgicales jusqu’à nos jours. La discussion qui suit est centrée sur le choix de la date d’intervention. Deux courants se dégagent : le premier, partisan de l’intervention précoce ; le second, de l’intervention dite retardée après la disparition du spasme artériel. La surveillance des patients et le traitement médical avant intervention — contrôle de la pression artérielle, utilisation des antifibrinolytiques — est discutée.

Le deuxième jour

L’exposé est fait parle Docteur David J. Boarini qui aborde le problème des mécanismes de survenue du vasospasme. Plusieurs théories physio-pathologiques sont avancées.
Le Professeur Drake met t’accent sur le progrès apporté en matière de neurochirurgie vasculaire par le microscope opératoire, qui permet d’épargner les petites artérioles qui naissent à proximité de l’anévrisme.

Le troisième jour

Il est réservé aux malformations artério-veineuses. L’exposé est fait par le Docteur Mario Zuccarello qui expose leur symptomatologie, leur incidence et leur traitement. Le Professeur Drake, en guise de conclusion, expose les différentes techniques de traitement : exci­sion, embolisation, radiation à haute énergie. Là encore, le microscope a permis de diminuer la mortalité et la morbidité opératoires.
Puis, le Docteur Lindquist présente les résultats de la technique d’irradiation des malforma­tions anévrismales pratiquée à Stockholm sur 217 cas.

Le quatrième jour

Il est consacré à une discussion concernant le traitement des tumeurs de la base du crâne. Les différentes techniques opératoires sont exposées. A propos des cranio-pharyngiomes, on souligne les difficultés des techniques microchirurgicales et la quasi-impossibilité d’enlever  complètement les tumeurs de grande taille ; d’autres solutions telles que le drainage et les implants stéréotaxiques ainsi que l’irradiation gamma focalisée semblent intéressantes.

Le cinquième jour

Le Docteur Kassel, « Président of Cooperative Study » rapporte les premiers résultats des enquêtes statistiques sur l’étude des hémorragies par rupture d’anévrisme à propos de 3000 cas.
Les renseignements les plus intéressants montrent que le risque de nouvelle hémorragie se situe aux environs du deuxième jour et non du septième comme on le pensait. Si l’on décide de pratiquer une chirurgie précoce, elle doit se faire en toute logique dans le cours des premières quarante-huit heures.
Suit une discussion sur la réanimation post-opératoire en milieu neurochirurgical. L’en­semble des participants est unanime à reconnaître la nécessité d’une surveillance clinique et biologique particulièrement vigilantes.

Le sixième jour

La discussion est orientée vers les accidents ischémiques cérébraux. Le problème du traitement ­de l’œdème cérébral après hémorragie est également soulevé. Puis le Docteur Susuki, de l’Université de Tokyo, aborde les nouvelles techniques de diagnostic : scanner et, plus récemment encore, la résonance magnétique nucléaire. Les données modernes apportées par ces examens semblent devoir, dans l’avenir, modifier et affiner les indications neurochi­rurgicales.
Le Docteur Visot — Hôpital Foch, Suresnes — fait un exposé sur les tumeurs hypophysaires et plus particulièrement sur les adénomes à prolactine.
Le Professeur Drake reprend la parole et, pour conclure, insiste sur la formation des jeunes neurochirurgiens qui, selon lui, se doivent de bien connaître la neurologie et la neuropathologie. Il constate que les résultats obtenus sont différents d’un service à l’autre. Mais là, interviennent des facteurs de développement technologique spécifiques à chaque hôpital et à chaque pays.
Enfin, il souligne l’intérêt de confrontations comme celle de ce petit symposium des Treilles, où chacun peut faire état de son expérience et s’enrichir de celle des autres.
Tous pensent que ce type de réunion est de la plus haute importance et doit être renouvelé.