Domestication et fabrication du vivant : vers une anthropologie de la vie

Séminaire « Domestication et fabrication du vivant: vers une anthropologie de la vie » organisé par Perig Pitrou (Directeur de recherche, CNRS/Collège de France/PSL, Laboratoire d’anthropologie sociale) du 26 au 31 août 2019.

Résumé

Le séminaire « Domestication et fabrication du vivant. Vers une anthropologie de la vie » organisé par Perig Pitrou du 25 au 31 aout 2019 visait à prolonger la réflexion collective engagée au sein de la Pépinière interdisciplinaire CNRS-PSL « Domestication et fabrication du vivant » durant la période 2014-2016 [https://domesticationetfabricationduvivant.wordpress.com]. Cette action soutenue par la Mission Interdisciplinarité du CNRS engageait une réflexion impliquant les sciences de la Nature (biologie, chimie, physique), les sciences humaines (anthropologie, épistémologie, philosophie, sociologie) et les technologies (robotique) afin d’interroger les frontières et les définitions du vivant et du non-vivant. Dans ce contexte, l’objectif du séminaire était de jeter les bases d’une anthropologie de vie qui étudie les variations, dans le temps et dans l’espace, des conceptions de la vie en les mettant en relation avec la diversité des techniques que les sociétés humaines élaborent pour observer et connaître les êtres vivants et interagir avec eux.

Summary

The seminar « Domestication and fabrication of the living. Towards an anthropology of life » organized by Perig Pitrou from 25 to 31 August 2019 aimed at extending the collective reflection initiated within the interdisciplinary nursery CNRS-PSL « Domestication and manufacture of the living » during the period 2014-2016 [https://domesticationetfabricationduvivant.wordpress.com]. This action supported by the CNRS Interdisciplinary Mission involved a reflection involving the sciences of Nature (biology, chemistry, physics), human sciences (anthropology, epistemology, philosophy, sociology) and technologies (robotics) in order to question the borders and definitions of the living and non-living. In this context, the aim of the seminar was to lay the foundations of an anthropology of life that studies the variations, in time and space, of the conceptions of life by relating them to the diversity of techniques that human societies develop to observe and know living things and interact with them.

Compte-rendu

Les problèmes soulevés par la question des frontières entre le vivant et le non-vivant concernent les sciences humaines et sociales et pas simplement la biologie. Même si, par définition, cette dernière fait de la vie un objet spécifique d’investigation, les humains n’ont pas attendu son développement, somme toute assez récent, pour s’interroger sur les causes produisant des phénomènes tels que la croissance, la reproduction, la régénération — pour ne prendre que quelques exemples — qu’ils observent dans leur corps ou dans le monde végétal et animal. Il y a même là un enjeu fondamental pour toutes les sociétés : individuellement et collectivement, elles tentent d’exercer une action sur ces processus, de les contrôler ou de les influencer favorablement, comme c’est le cas dans les pratiques agricoles ou médicales. La manière d’aborder le vivant et d’agir sur lui se révèle donc indissociable de contextes sociaux-culturels, ce qui oblige la réflexion à penser des phénomènes se situant à l’interface entre la nature et la société.

Dans le même temps, il faut reconnaître que le développement accéléré des biotechnologies oblige à élaborer de nouveaux concepts pour comprendre les changements profonds que l’augmentation du pouvoir sur le vivant produit dans de nombreux domaines : la procréation médicalement assistée, les thérapies géniques, les cultures transgéniques, la robotique et l’intelligence artificielle, l’extension et la diversification des biopouvoirs. Il ne se passe pas un jour sans qu’on apprenne que des inventions ouvrent de nouvelles possibilités modifiant de fond en comble le monde dans lequel nous avons pris l’habitude de vivre. L’ambition est aussi de se pencher sur des pratiques qui développent des projets critiques vis-à-vis des pratiques officielles, dans des domaines tels que la do-it-yourself biology, le bioart ou le biomimétisme. C’est pour contribuer à mieux saisir les implications scientifiques et sociales de cette transformation inédite que le séminaire « Domestication et fabrication du vivant. Pour une anthropologie de la vie » s’est tenu. Cette réflexion collective visait à explorer les frontières et les définitions du vivant et du non-vivant dans une perspective interdisciplinaire, impliquant des spécialistes des sciences humaines et sociales et des sciences de la nature.

Nous avons commencé à nous interroger sur les modalités d’actions que les humains peuvent exercer sur le vivant. La « fabrication » désigne une intervention modifiant en profondeur ces processus ; le terme de « domestication » renvoie non pas à l’interaction entre les humains et les animaux mais aux actions par lesquelles les humains objectivent certains processus présents chez les êtres vivants pour mieux les utiliser ou les faire évoluer.

La notion de « forme de vie », à la fois entendue comme Life Form ou Form of Life a également été un concept clé pour se pencher sur les interfaces entre le biologique et le social. Elle a fait l’objet d’un examen approfondi afin que les interrogations sur la définition de la vie et les techniques du vivant puissent être mises en relation avec des thématiques sociétales. En abordant dans une perspective élargie la question des conditions de vie, un des enjeux est d’élaborer des outils analytiques pour guider l’entreprise de transformation du vivant en la confrontant à la pluralité des conceptions de la vie – telle qu’elle existe, mais aussi telle qu’elle pourrait exister – que l’humanité a élaborées.

Les participants à ce séminaire font partie d’un réseau international de chercheurs qui a commencé à se développer au Laboratoire d’anthropologie sociale en 2013-2014, dans le cadre du projet « Des êtres vivants et des artefacts. L’imbrication des processus vitaux et des processus techniques », soutenu par la fondation Fyssen (voir les Actes du colloque « Des êtres vivants et des artefacts » [https://actesbranly.revues.org/647] et de l’équipe « Anthropologie de la vie et des représentations du vivant » créée en 2016 par Perig Pitrou au sein du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France.

Après avoir rappelé les principes heuristiques de son projet d’anthropologie de la vie, Perig Pitrou a fixé le cadre des interventions qui ont fait alterner les exposés en sciences sociales et les exposées provenant des sciences de la nature, une attention particulière étant portée à la question de la visualisation des processus vitaux et à leur utilisation dans l’art. Plusieurs doctorants et postdoctorants ont participé.

Communications

La vie et le vivant dans les sciences de la nature :

  • François GUYOT (Museum d’Histoire Naturelle, Paris) – Émergence de cycles métaboliques dans la Terre primitive
  • Ludovic JULLIEN (Institut Pasteur, Paris) – Le regard du chimiste sur la transition matière inerte-matière vivante
  • Stéphane VUILLEUMIER (Université de Strasbourg) – La microbiologie, de l’origine de la vie à sa fabrication

Histoire des représentations de la vie :

  • Léopoldo IRIBARREN (EHESS, Paris) – La pensée de la technique en Grèce ancienne
  • Pierre-Olivier DITTMAR (EHESS, Paris) – Représenter le vital dans l’Occident médiéval
  • Emilie LETOUZEY (Université de Toulouse II) – Petits arrangements avec le vivant. Conceptions du vivant et pratiques horticoles au Japon
  • Istvan PRAET (University of Roehampton, UK) – L’exobiologie comme une aventure métaphysique

Modéliser le vivant :

  • Cyrille JEANCOLAS (ESPCI, Paris) – Penser et faire la transition de l’inerte au vivant, ethnographie d’un laboratoire de recherche
  • Philippe NGHE (ESPCI, Paris) – Synthétiser l’évolution
  • Catherine VILLARD (Institut Pierre-Gilles de Gennes, Paris) – La vie à l’intersection de la physique et de la biologie
  • Emmanuel FERRAND (Université de la Sorbonne, Paris) – À la recherche des mathématiques du vivant

Le vivant et la technique :

  • Salvator D’ONOFRIO (Université de Palerme, Italie) – Les fluides et les graines. Manipulation du genre et domestication du vivant
  • Fabien PROVOST (LESC, Université de Paris, Nanterre) – Connaissance de la vie et interprétation de la mort chez les médecins légistes. Un regard anthropologique
  • Carlos SAUTCHUK (Universidade de Brasilia, Brésil) – Le vivant dans la technique
  • Thierry BARDINI (Université de Montréal, Canada) – Les conceptions de la vie dans la do-it-yourself biology
  • Lauren KAMILI (EHESS, Paris) – Enquête sur les pratiques biomimétiques en France

Processus vitaux et représentation visuelle :

  • Teresa CASTRO (Université de la Sorbonne, Paris) – Le cinéma et le vivant
  • Lia GIRAUD (Laboratoire SACRe, Paris) – L’œuvre-processus et les milieux associés
  • Dominique PEYSSON (Université de Paris Est, Marne la Vallée) – La vie à l’œuvre. Entre organique et organisme, entre animiste et animale, des œuvres frontières
  • Perig PITROU (Collège de France, Paris) – Bioart et biodesign