Inventaire en ligne de la Correspondance de Montesquieu

Séjour d’étude « Inventaire en ligne de la correspondance de Montesquieu » de Catherine Volpilhac-Auger (Professeur de littérature française moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon), Nadezda Plavinskaia (Académie des sciences de Russie), Philip Stewart (Duke University, Durham, USA) du 9 au 16 septembre 2019.

Résumé           

L’inventaire de la correspondance de Montesquieu (N. Plavinskaia, Ph. Stewart, C. Volpilhac-Auger) présente sous la forme d’une base de données tous les éléments matériels pertinents pour l’identification et la datation de la Correspondance de Montesquieu et son utilisation pour des fonctions de recherche. Le séjour aux Treilles a permis, en relation avec l’équipe d’informaticiens de Lyon (IHRIM), d’affiner les champs et d’en vérifier la pertinence, tout en livrant de premiers résultats sur l’interprétation de cette correspondance pour la période 1698 -1721.

Summary

The inventory of Montesquieu’s correspondence (Nadezda Plavinskaia, Philip Stewart, Catherine Volpilhac-Auger) presents in the form of a data base all the pertinent material elements for the identification and dating of the Correspondance and its use in research functions. The stay at the Treilles foundation made it possible, working online with the team of information technicians in Lyon (IHRIM), to refine the fields and verify their appropriateness, while producing the first results for interpretation of the correspondence for the period 1698-1721.

Compte-rendu 

Montesquieu, Ms. 2170

Bordeaux, Bibliothèque municipale, Ms. 2170 (post-scriptum).
Montesquieu évoque une nouvelle édition des Lettres persanes (« on me mende de Hollande que la 2de ed. des L.P. va paroitre avec quelques corrections »)

De manière surprenante pour un auteur aussi célèbre, la correspondance de Montesquieu est mal connue. L’édition imprimée en cours (trois volumes parus ou à paraître, 1998, 2014, 2020, un volume en préparation1, à laquelle participent les trois chercheurs, a levé beaucoup d’obstacles et ouvert de nouvelles perspectives ; mais elle doit désormais s’appuyer sur les fonctionnalités nouvelles du numérique.

L’inventaire en ligne consiste à présenter sous la forme d’une base de données tous les éléments matériels pertinents pour l’identification et la datation de la Correspondance de Montesquieu et son utilisation pour des fonctions de recherche, pour les spécialistes de cet auteur comme pour toute personne s’intéressant au mouvement des idées et à l’histoire du XVIIIe siècle. C’est aussi le préliminaire indispensable à l’édition en ligne de l’ensemble de la Correspondance de Montesquieu (environ 1 000 lettres) ; il trouvera donc naturellement sa place sur le site « Montesquieu. Bibliothèque & éditions » (http://montesquieu.huma-num.fr), qui doit accueillir progressivement l’ensemble des Œuvres complètes de Montesquieu.

Lors de leur séjour à la Fondation des Treilles (soutenu par le LabEx Comod), les chercheurs devaient expérimenter une interface de saisie préparée par les ingénieurs d’étude de l’IHRIM (ENS de Lyon) : à partir d’un certain nombre d’exemples, empruntés de préférence au début de la période d’activité de Montesquieu (à partir de 1698), tester la fonctionnalité des champs définis au préalable, envisager la création de nouvelles rubriques et la suppression de celles qui se révéleraient superflues (notamment parce qu’elles concernent un nombre de cas trop réduit pour justifier la mise en œuvre d’une identification spécifique), différencier ce qui relève spécifiquement de la base de données et ce qui relève de l’édition critique, et vérifier l’efficience de l’ensemble.

Le travail en commun s’est effectué en deux directions : traitement rapide d’un certain nombre d’items, choisis pour la diversité de traitement qu’ils supposent (lettres connues indirectement, manuscrit conservé chez l’expéditeur sous forme de brouillon versus version reçue par le destinataire, lettres connues par des imprimés anciens ou modernes, simples mentions dans des œuvres ou d’autres lettres, etc.), et traitement approfondi des quarante premières lettres du corpus (1698-1721), le premier tome de correspondance devant être entièrement repris selon des critères scientifiques rigoureux.

Ce travail a permis de redéfinir quelques champs, ce qui a pu être effectué « en temps réel » par les ingénieurs de l’IHRIM, mobilisés à cet effet durant cette semaine à Lyon (Nadine Pontal, Maud Ingarao, Nathalie Arlin), au fur et à mesure que les besoins et les questions étaient formulés. Il est apparu également que la saisie complète de chaque fiche était très longue, ce qui risquait d’avoir un effet dissuasif : la suppression de plusieurs champs apparaissant comme secondaires ou facultatifs a été envisagée et doit être effectuée dans les semaines à venir, avec précaution pour éviter toute perte d’information. L’ordre de présentation des champs s’est révélé également difficile à maîtriser : bien adapté aux manuscrits (soit environ 50% du corpus), il s’avère trop lourd pour toutes les autres lettres.

Loin de se cantonner à des aspects formels ou techniques, la collaboration de deux littéraires et d’une historienne, formés à des écoles différentes mais habitués à travailler ensemble, a aussi permis d’aborder des questions de fond : comment traiter une « lettre » que Montesquieu a fait copier en lui donnant cette qualification dans son recueil des Pensées, sans qu’il soit possible de distinguer s’il s’agit d’une lettre fictive ou réelle ? un billet insultant, autographe, sans mention de destinataire, sans le moindre contexte ? Seuls un traitement statistique et l’étude codicologique, grâce aux travaux de Claire Bustarret sur les papiers utilisés par Montesquieu2.

La confrontation des points de vue (littéraire/historique) a aussi permis de lever quelques incertitudes, notamment sur la succession de lettres jusque-là mal datées, et d’importance capitale puisque l’une d’entre elle révèle l’intérêt de Montesquieu pour une « seconde édition » des Lettres persanes, publiée à l’été 1721 à Amsterdam : loin d’être négligeable comme on l’a cru jusque-là, cette édition doit donc être reconsidérée ; c’est un point important pour une période où l’on manque d’information sur l’activité de Montesquieu et où tout élément susceptible d’éclairer les textes mérite d’être scruté.

 

 

  1.  Édition fondée par Jean Ehrard, dirigée depuis 1998 par C. Volpilhac-Auger et Pierre Rétat, publiée par la Société Montesquieu et l’IHRIM (UMR CNRS 5317, ENS de Lyon) ; 22 volumes prévus, 11 volumes parus à la Voltaire Foundation de 1998 à 2008, 4 volumes parus depuis 2010 chez Classiques Garnier, 1 volume sous presse (2020).

    – Correspondance I (Oxford, Voltaire Foundation, 1998, t. XVIII des Œuvres complètes de Montesquieu), 1700-1731, Louis Desgraves et Edgar Mass dir. ;
    – Correspondance II (Lyon et Paris, ENS Éditions et Classiques Garnier, 2014, t. XIX des Œuvres complètes), 1731-1747, Ph. Stewart et C. Volpilhac-Auger dir. ;
    – Correspondance III (Lyon et Paris, ENS Éditions et Classiques Garnier, à paraître, 2020, t. XX des Œuvres complètes), 1747-1750, Ph. Stewart et C. Volpilhac-Auger dir.
    – en préparation : Correspondance IV (Lyon et Paris, ENS Éditions et Classiques Garnier, t. XXI des Œuvres complètes), 1750-1755, N. Plavinskaia, Ph. Stewart et C. Volpilhac-Auger dir. []

  2. La base MUSE de Claire Bustarret de l’EHESS sera reliée à l’Inventaire et exploitée par celui-ci []