Histoires de l’an Mil

Séminaire « Histoires de l’an 1000 » organisé par Dominique Barthélemy et Frantz Grenet du 9 au 14 septembre 2019.

Résumé

Ce séminaire d’étude des connexions repérables et des comparaisons possibles entre les sociétés de l’Eurasie, autour de l’an 1000, visait à aider à la perception des caractères originaux de chacune et à procurer aux enseignants des éléments pour une histoire du monde qui serait attentive à la fois aux solidarités planétaires et au respect des différences. Il réunissait des historiens spécialistes de domaines très différents : le Japon, les mondes chinois et steppique, indien et musulman, l’empire byzantin, l’Occident chrétien. La période choisie était celle même où une tendance globale au développement paraît s’accompagner d’une diversification remarquable des cultures.  Elle a d’autre part bénéficié récemment de quelques documents nouveaux et de progrès dans l’analyse de la documentation déjà disponible. On a élaboré, aux Treilles, une critique constructive de la World History ou Global History, non sans envisager les facteurs communs ayant stimulé la croissance dans divers « mondes » de l’Eurasie (changements climatiques) ou ne l’ayant pas autant entravé que ne le croyaient les historiens d’antan (invasions ou infiltrations de peuples guerriers, « barbares »), et sans oublier les liens tissés à la fois par des échanges commerciaux et par des religions universalistes.

Abstract

The seminar focused on the period around year 1000 in an Eurasian perspective aimed at perceiving the specific evolution of each society and at contributing to a world history that would also outline the common trends in an increasingly connected and developing context. It included scholars known for their expertise on the various societies from the Christian West and Byzantium, to the Islamic world and India, Central Asia steppes, Song China and Japan. New documents and archaeological research pointed to the coexistence of hitherto neglected minorities and affirmation of identities through founding books like Shahname or Gengi monogatari. The role of women, the slave trade and the complex confrontation with or integration of ‘Barbarian’ neighbours were discussed in several and a general forum by the participants.

Compte-rendu 

Ce séminaire d’étude des connexions repérables et des comparaisons possibles entre les sociétés de l’Eurasie, autour de l’an 1000, visait à aider à la perception des caractères originaux de chacune et à procurer aux enseignants des éléments, pour une histoire du monde qui serait attentive à la fois aux solidarités planétaires et au respect des différences. Il réunissait des historiens spécialistes de domaines très différents : le Japon, les mondes chinois et steppique, indien, iranien et musulman, l’empire byzantin, l’Occident chrétien. Sur les seize participants, beaucoup étaient des historiens et historiennes très expérimentés, sexagénaires, quatre appartenant toutefois à la génération suivante (proche de la quarantaine), et quatre venant d’autres pays (États-Unis, Royaume-Uni, Espagne).

La période choisie pour la recherche des synchronismes possibles était celle même où une tendance globale au développement paraît s’accompagner d’une diversification remarquable des cultures.  Elle a d’autre part bénéficié, en dépit des lacunes de toutes les documentations, de beaucoup de progrès récents dans leurs analyses (décelant des indices de croissances et d’acculturations) et d’un certain nombre de documents nouveaux. On souhaitait élaborer, le cas échéant, une critique constructive de la World History ou Global History, non sans envisager les facteurs communs ayant stimulé la croissance dans divers « mondes » de l’Eurasie (changements climatiques) ou ne l’ayant pas autant entravé que ne le croyaient les historiens d’antan (invasions ou infiltrations de peuples guerriers, « barbares », dégorgés par les steppes et les déserts), et sans oublier les liens tissés à la fois par des échanges commerciaux et par des religions universalistes.

Sur tous ces points, le séminaire a tenu ses promesses. Alex More (Harvard University) a exposé l’état actuel des recherches d’histoire du climat de l’équipe de l’initiative pour la Science du passé humain (SoHP, Harvard et Centre Max-Planck pour l’archéoscience de la Méditerrannée), il a souligné que les changements autour de l’an 1000 ont tenu à la circulation atmosphérique et n’ont en rien été globaux, et il a débattu avec Sébastien Balibar, physicien (Académie des Sciences) en séjour aux Treilles, de l’intérêt d’une approche historique de ces problèmes. Valerie Hansen (Yale University) a exposé les raisons qui tendraient à faire de la Chine des Song l’artisan d’une « mondialisation », ce qui a ouvert un débat sur ce terme même et sur l’usage de la monnaie, particulièrement entre elle et Cécile Morrisson (Académie des Inscriptions et Belles-lettres : AIBL), qui présentait une étude comparée, pionnière des croissances chinoise et byzantine. La discussion s’est engagée aussi sur les sociétés de ces deux empires, stimulée par un exposé de Vivien Prigent (CNRS) sur les relations entre le gouvernement de Constantinople et les diverses élites provinciales. Enchaînant sur le monde byzantin, Jonathan Shepard (Oxford University) a magistralement évoqué les « liaisons dangereuses » de celui-ci (avec trafic d’esclaves) avec le monde viking. Antonio Malpica (Université de Grenade) a, pour sa part, retracé la croissance dans l’Occident musulman en insistant sur les progrès des systèmes d’irrigation, et en n’évitant pas non plus l’esclavage. La part de ce dernier dans les diverses sociétés de l’Eurasie (incluant toutes les rives de la Méditerranée) a fait l’objet d’un tour de table.

Le développement de cette Eurasie semble avoir été stimulé plutôt qu’entravé par les peuples ou groupements guerriers dont plusieurs participants tentent la sociologie rétrospective. Pierre Souyri (Université de Genève) et Dominique Barthélemy (Sorbonne Université) relatent leur dialogue entamé depuis 2012 dans le cadre d’un groupe franco-japonais et chacun d’eux présente ses chevaliers de prédilection, assez différents : clans et peuples du Nord du Japon, Normands intégrés dans une France féodale. Michel Bur (AIBL) évoque aussi cette dernière, en un exposé sur les entreprises du comte Eudes II de Blois qui souligne la place des femmes et débouche sur un tour de table concernant celles-ci dans les sociétés de l’an 1000 eurasiatique. David Durand-Guédy (chercheur à Téhéran) ne manque pas, dans un beau tableau de l’environnement et des élites d’Asie centrale conquérant l’Iran sous les Saljuqs,  d’analyser le statut du dehqan iranien (une sorte de chevalier) et des élites nomades pour lesquelles il rejette le concept de tribu et chez lesquelles il ne reconnaît pas la « viscosité » repérée dans l’Occident féodal, mais une tendance inverse. Pierre Marsone (École pratique des Hautes- Études) interprète l’itinéraire et les préoccupations des Khitan (Liao) chevauchant la limite entre la Chine et la steppe sans l’effacer en rien.

L’analyse des deux écritures des Khitan introduit à la question des langues et de leur rôle dans l’échange, plusieurs fois abordée au cours du séminaire. Les religions le sont davantage encore, depuis le culte de sainte Affra, instrumentalisé par l’empire ottonien puis salien (Patrick Corbet, Université de Lorraine), jusqu’au Roiman du Genji dont Jean-Noël Robert (AIBL et Collège de France) souligne qu’il faut le lire comme un roman préoccupé par la fin des temps. Du coup, il évoque l’attente bouddhiste, moins anxieuse que désabusée, du changement de loi de 1052 : une sorte de millénarisme assez différent de celui qui anime les shiites et explique l’ambiguïté du rapport des califes fatimides à la loi et à la législation (Mathieu Tillier, Sorbonne Université). Les destructions, des sanctuaires d’autres religions par des Musulmans de l’an 400H (1009-1010), Al Hakim pour le Saint-Sépulcre ou Mahmud de Ghazni pour le temple indien de Somnath, évoqué par Edith Parlier-Renault (Sorbonne Université) ne sont pas représentatives d’une poussée d’intolérance généralisée : Frantz Grenet (Collège de France) peut montrer à l’inverse la vitalité, dans l’Asie centrale musulmane, de religions minoritaires, juive, chrétienne, manichéenne, attestée par de belles découvertes récentes.

L’édition des actes de ce séminaire est en préparation, sous la triple direction de Cécile Morrisson, Frantz Grenet et Dominique Barthélemy, en 2020 dans un volume de la collection Monographies du centre d’histoire et civilisation de Byzance, dirigée par Vivien Prigent et Guillaume Saint-Guillain, et sous le titre L’Eurasie autour de l’an 1000 : cultures, religions et sociétés d’un monde en développement.

Communications

  • Dominique BARTHELEMY (Sorbonne University, Paris, France) – Les Normands à l’épreuve de l’histoire critique
  • Michel BUR (Institut de France, Paris, France) – L’horizon d’un grand seigneur de l’An Mil : Eudes II (982-1037)
  • Patrick CORBET (Université de Lorraine, Nancy, France) – Le culte européen de sainte Affra d’Augsburg autour de l’an 1000
  • David DURAND-GUÉDY  (IFRI, Téhéran, Iran) – Transformations du pouvoir dans l’espace iranien 950-1050
  • Frantz GRENET (Collège de France, Paris, France) – L’Asie centrale autour de l’an 1000 : une oasis de coexistence religieuse?
  • Valérie HANSEN (Yale University, New Haven, USA) – Quand la Chine s’est mondialisée pour la première fois
  • Antonio MALPICA CUELLO (Université de Grenade, Spain) – En marge de l’Ouest. Le Califat de Cordoue et sa dernière étape en al-Andalus
  • Pierre MARSONE (EPHE, Paris, France) – Les Khitan, pivot de l’Asie orientale, tradition et innovation
  • Alex MORE (Harvard University, Cambridge, USA) – Histoire du climat et de la santé, histoire économique, histoire de l’environnement, archéologie
  • Cécile MORRISSON (AIBL et CNRS, Paris, France) – La croissance byzantine au regard de l’Orient 
  • Edith PARLIER-RENAULT (Sorbonne Université, Paris, France) – L’Inde au temps d’Albiruni: la question du temple de Somanâtha
  • Vivien PRIGENT (CNRS, Paris, France) – Les élites provinciales et l’empire de Constantinople au XIe siècle
  • Jean-Noël ROBERT (Collège de France, Paris, France) – Le Genji-monogatari, un roman pour la fin des temps ?
  • Jonathan SHEPARD (The Khalili Research Centre/University of Oxford /University of Cambridge, UK) – Byzantium et le monde viking : liens manifestes et liaisons dangereuses
  • Pierre-François SOUYRI (Université de Genève, Suisse) – La naissance de la société guerrière dans le Japon de l’an mille
  • Mathieu TILLIER (Sorbonne University, Paris, France) – L’empire islamique et ses frontières autour de l’an 1000
Thomas le Slave

Thomas le Slave et ses troupes byzantines pactisant avec les troupes du calife (épisode de 821, chronique de Skylitzès écrite vers 1070, illustration vers 1170, aujourd’hui exposé à la Bibliothèque Nationale d’Espagne, Gr. Vitr. 26-2)