Ernst Haeckel (1834 – 1919) et les Français

Séminaire organisé par Laura Bossi, (SPHERE, Université Paris – Diderot, Paris, France) du 23 au 28 Septembre 2019  

 

Résumé

A l’occasion du centenaire de la mort du grand savant darwiniste allemand Ernst Haeckel (1834-1919) ce séminaire s’est proposé d’approfondir ses relations avec la France et la réception de ses œuvres. Il réunissait quatorze participants (dont trois « juniors ») de quatre pays (France, Italie, Angleterre, Suisse) et de différentes disciplines (historiens des sciences, biologistes, philosophes, historiens de la littérature, historiens de l’art).  

Après un rappel biographique, et une présentation du contexte scientifique européen de l’époque, les travaux ont porté d’abord sur le « premier cercle » de la réception française de Haeckel : ses éditeurs (Reinwald et Baillière) ; ses traducteurs (Charles Letourneau, Jules Soury, Georges Vacher de Lapouge) ; et la Société d’Anthropologie de Paris. L’influence des thématiques haeckeliennes sur les cercles de la Libre Pensée a ensuite été analysée.

La deuxième journée a permis d’approfondir la réception de Haeckel par les naturalistes français : les zoologues « néolamarckiens », Alfred Giard et Edmond Perrier ; les botanistes ; enfin le biologiste Lucien Cuénot.

Trois communications ont traité des aspects proprement philosophiques des doctrines haeckeliennes : son monisme, qui culminera dans la création de la Ligue moniste ; la critique du monisme par Bergson et son étrange silence à propos de Haeckel; et la comparaison du monisme haeckelien avec les monismes de Bergson, Teilhard de Chardin et Monod.

La dernière journée a été dédiée à la littérature et aux arts : Haeckel au prisme des écrivains français, de Victor Hugo à Octave Mirbeau ; l’enseignement du darwinisme à l’école des Beaux-arts de Paris à la Belle époque ; Emile Gallé et l’école de Nancy ; enfin, une présentation du musée océanographique de Monaco, un « palais de la mer » décoré avec des motifs tirés des « Formes artistiques de la nature » de Haeckel, véritable alliance entre science et art.

Compte-rendu

À l’occasion du centenaire de la mort du savant darwiniste allemand Ernst Haeckel (1834-1919), ce séminaire interdisciplinaire a porté sur ses relations avec la France et sur sa réception française.

Haeckel fut de son temps aussi célèbre que Darwin. Dans son Histoire de l’Allemagne, Joseph Rovan  le définit « le penseur le plus populaire et le plus influent de l’époque bismarckienne ». Ses livres destinés au grand public ( Histoire de la création naturelle ; Les énigmes de l’univers ) ont été la première source de la connaissance du darwinisme dans le monde. Mais son importance dans l’histoire des sciences et l’histoire des idées reste sous-estimée. Son militantisme pour une nouvelle religion « moniste » de la nature, violemment  « antipapiste », lui a valu une réputation sulfureuse. Sans doute est-ce aussi la multiplicité des préoccupations de Haeckel (science, art, philosophie, politique, religion), reflet d’une obsession romantique de l’unité, qui lui a valu une méconnaissance de son rôle historique, et en même temps une postérité nombreuse et hétéroclite, comprenant, à côté des scientifiques (biologistes, systématistes, embryologistes, morphologistes, zoologues…), les social-darwinistes les plus militants ; Friedrich Engels et après lui nombre de philosophes marxistes et de révolutionnaires communistes (dont Lénine et Mao) ; certains idéologues racistes , fascistes et national-socialistes ; le fondateur de l’anthroposophie, Rudolf Steiner ; mais aussi les fondateurs de la psychanalyse, Freud, Ferenczi et Jung (la théorie haeckelienne de la récapitulation, selon laquelle l’embryogenèse récapitule l’embryogenèse,  est centrale à la psychanalyse), ou le fondateur de l’anthropologie criminelle, Cesare Lombroso…

En France,  Haeckel a eu d’abord une réception triomphale. Il a été beaucoup traduit, et beaucoup lu. Mais sa prise de position en 1914 en faveur de l’entrée en guerre de l’Allemagne (bien que pacifiste militant avant la guerre, il a été l’un des signataires de l’appel « Au monde civilisé »)  et la rupture des relations scientifiques entre la France et l’Allemagne lors de la première guerre mondiale a laissé des traces profondes; rappelons qu’en 1914 la Société d’anthropologie de Paris, cercle matérialiste assez proche du monisme de Haeckel et très impliqué dans la traduction et la diffusion de ses œuvres, procéda à la radiation de tous ses membres associés allemands, puis autrichiens, et décrocha les portraits de Virchow et de Haeckel de sa salle des conférences.

La première journée du séminaire a permis d’approfondir le « premier cercle » de la réception française de Haeckel :  ses éditeurs (Reinwald et Baillière);  ses traducteurs (dont Charles Letourneau, successeur de Paul Broca à la présidence de la Société d’Anthropologie de Paris, matérialiste scientifique, libre penseur, franc-maçon; Jules Soury, chartiste et  premier historien français des neurosciences, “clérical athée”, ami de Paul Bert, maître à penser de Barrès, et vers la fin de sa vie antidreyfusard et antisémite virulent; Georges Vacher de Lapouge, magistrat, puis bibliothécaire, anthropologue et théoricien d’un eugénisme et d’un darwinisme social raciste à visée « socialiste » ) ; et la Société d’Anthropologie de Paris. L’influence des thématiques haeckeliennes sur les cercles de la Libre Pensée a ensuite été analysée, dans le contexte plus large duKulturkampf en Allemagne, et du « combat pour la libre pensée »  en France.

La deuxième journée a porté sur la réception de Haeckel par les naturalistes français.  Les zoologues « néolamarckiens », Alfred Giard et Edmond Perrier ont été les deux principaux zoologistes de la fin du siècle qui ont introduit le transformisme en France ; tous deux ont correspondu avec Haeckel, Giard surtout, très proche de ses idées . On trouve des lecteurs attentifs de Haeckel aussi auprès des botanistes français, comme  Jean-Marie de Lanessan, Gaston Bonnier, ou Pierre Augustin Dangeard. Enfin le biologiste de Nancy Lucien Cuénot a recours à la loi de récapitulation , mais se réclame de Darwin et de Weismann quand tout le monde est lamarckien .

Trois communications ont traité des aspects proprement philosophiques des doctrines haeckeliennes : son monisme, qui culminera dans la création de la Ligue moniste en 1906; la critique du monisme par Bergson et son étrange silence à propos de Haeckel; et la comparaison du monisme haeckelien avec les monismes de Bergson, Teilhard de Chardin et Monod.

La dernière journée a été dédiée à la littérature et aux arts. La littérature d’abord, avec une présentation de Haeckel au prisme des écrivains français, qui ont pu voir en lui un repoussoir (Victor Hugo, Octave Mirbeau), mais aussi la source d’une imagerie nouvelle (Richepin) et de nouvelles conceptions de la vie (Sully Prudhomme, Zola, Richepin, Roger Martin du Gard…).  On a ensuite retracé l’enseignement du darwinisme à l’école des Beaux-arts de Paris à la Belle époque, avec Mathias Duval, darwiniste convaincu, de 1874 à 1903, Gustave Moreau, de 1892 à 1898,ou Paul Richer, successeur de Duval, qui sculptera un étonnant « premier artiste » après la découverte de l’homme de Cro-Magnon . Une présentation dédiée aux arts décoratifs a détaillé l’influence des merveilleuses planches de la monographie des radiolaires de Haeckel et de son livre sur les « formes artistiques de la nature » ( Kunstformen der Natur) sur l’ « Art nouveau » : René Binet (1866-1911)  s’inspirera des radiolaires haeckeliens pour la porte monumentale de l’Exposition Universelle de 1900),  et les déclinera dans ses Esquisses décoratives ; Emile Gallé et l’École de Nancy privilégieront les motifs, les ornements et les  décorations florales et animales.  Enfin, on a pu retracer l’histoire du musée océanographique de Monaco fondé en 1889 par le Prince Albert I et inauguré en 1910 en présence de Haeckel, un « palais de la mer » décoré avec des motifs tirés des « Formes artistiques de la nature » (dont des étonnants lustres de Constant Roux), véritable alliance entre science et art.

Communications

  • Laura BOSSI (SPHERE, CNRS – Université Paris 7) – Haeckel et les Français
  • Pietro CORSI (Université de Oxford, Royaume Uni, et Centre Koyré, Paris) – Haeckel, lecteur des naturalistes français
  • Laura BOSSI (SPHERE, CNRS-Université Paris 7) – Editeurs et traducteurs français de Haeckel
  • Jacqueline LALOUETTE (Université de Lille) – Haeckel et la Libre Pensée
  • Laurent LOISON (IHPST, CNRS – Université Paris 1) – La morphologie haeckelienne était-elle soluble dans la physiologie bernardienne? Les œuvres d’Alfred Giard et Edmond Perrier
  • Nicolas ROBIN (Pedagogische Hochschule St Gallen, Suisse) – La réception de la théorie biogénétique de Haeckel chez les botanistes autour de 1900
  • Stéphane SCHMITT (SPHERE, CNRS, Paris) – Lucien Cuénot et les mutations françaises du transformisme
  • Mathilde TAHAR ( Ecole Normale, Paris) – Bergson et Haeckel – Enquête sur un silence
  • Nicolas AUMONIER (Université de Grenoble) – Trois monismes français: Bergson, Teilhard de Chardin, Monod
  • Caterina ZANFI ( CNRS UMR 8547 , Paris / Université Wuppertal) – Biologie et politique chez Haeckel: le cas de la ligue moniste
  • Nicolas WANLIN ( Ecole Polytechnique, Palaiseau) – Une immense blague (Octave Mirbeau) ou “la négation triste” (Victor Hugo) – Haeckel au prisme des écrivains français
  • Philippe COMAR (École nationale supérieure des beaux-arts de Paris) – Darwin et Haeckel à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris durant la Belle Epoque
  • Elise DUBREUIL (Musée d’Orsay, Paris) – Emile Gallé et l’Ecole de Nancy
  • Jacqueline GOY (Institut de la Mer, Paris) – Albert Ier de Monaco, Ernst Haeckel. Une alliance entre science et art