L’expérience créative permettrait-elle d’élaborer des liens ?

Colloque organisé par Jean-Philippe Assal (Fondation Recherche et Formation pour l’Education du Patient, Genève) du 14 au 19 février 2011

Participants

Christiane Amici-Raboud, Jean-Philippe Assal, Tiziana Assal, Philippe Barrier, Claire Bellmann, Lazare Benaroyo, Barthold Bierens de Haan, René Böckli, Isabelle Bourgeois, Paul Bouvier, Eric Burnier, Laura Cardia-Vonèche, Boris Cyrulnik, Yves Etienne, Sarah Girard, Olivier Horn, Line Kleinebreil, Catherine Krähenbühl, Orhan Memed, Bruno Messain, Valentina Sergo

Compte-rendu

Comment améliorer la communication entre des victimes, des personnes différentes voire opposées par leur ethnie, leur vécu, leur religion, ou des personnes dans le besoin vivant en marge de la société ?
L’expérience artistique permet-elle de créer des liens ?

Cette rencontre a été organisée par la Fondation pour l’Enseignement et l’Education des Malades (Genève, Suisse) en collaboration avec la Fondation des Treilles. La beauté du lieu et la qualité de l‘accueil aux Treilles ont offert un espace de partage qui a favorisé les échanges entre les participants venant d’horizons multiples.

Le thème de ce colloque part de la constatation que les sociétés n’ont jamais été aussi mouvantes qu’aujourd’hui. Par voie de conséquence, il n’est pas rare que dans un collectif plusieurs dizaines de nationalités se rencontrent et que cette riche hétérogénéité complique hautement les relations.
C’est pourquoi, durant ce séminaire, une équipe de soignants et d’humanitaires encadrée par différents spécialistes (anthropologues, sociologues, pédagogues et artistes) a travaillé sur le problème de la communication et de la collaboration interculturelle, cherchant ensemble à repérer des outils et des stratégies facilitant ces rapprochements.

Quatre aspects ont été traités:

1. La communication interculturelle dans une situation de détresse

Dans une première étape, les participants ont été invités à partager des expériences personnelles en narrant une anecdote dans laquelle une démarche de type créatif avait permis de délier une situation bloquée ou d’apaiser un conflit.
Les humanitaires ont raconté leur rencontre avec des prisonniers de guerre dans des camps de détention. Ils ont dit comment le désir de créer pouvait se manifester même dans des situations extrêmes et comment, à travers la création, les prisonniers pouvaient retrouver une sorte de liberté intérieure et reconstruire leur dignité d’hommes. Les objets créés à partir de matériaux et d’outils de fortune étaient porteurs de leur histoire et avaient permis d’installer des relations humaines sur un plan d’égalité entre prisonniers et humanitaires. D’autres humanitaires ont raconté comment à travers certains objets liés à la culture et à la vie des prisonniers, ils avaient pu construire une relation de confiance : une photographie échangée pour évoquer une situation commune, une saveur et un parfum pour réveiller la mémoire d’une vie libre. Toutes les histoires ont mis en évidence le besoin de l’homme dans la détresse de retrouver le fil de sa vie.

2. L’expérience créative comme lien avec soi et avec les autres

Un thème important du colloque a été l’expérience créative avec ses effets bénéfiques sur les plans individuel et interpersonnel.

La création à travers l’écriture et le théâtre
La problématique de l’accompagnement de victimes et de patients atteints de maladies chroniques a été abordée à travers l’approche théâtrale proposée par Le théâtre du vécu.Cette méthode amène les participants à élaborer un vécu personnel significatif en une représentation théâtrale avec l’aide d’un metteur en scène et d’acteurs professionnels. Le psychiatre et écrivain Boris Cyrulnik s’est exprimé sur le phénomène de la résilience et sur le théâtre du vécu : « Je peux faire dire à un comédien qui est mon porte-parole ce que je n’ai pas la force de dire moi-même et ce que vous n’avez pas la force d’entendre». Le détournement du drame par l’expression théâtrale est un outil thérapeutique puissant. « Ce détour par l’œuvre d’art et par le théâtre redonne la parole et un peu de liberté aux personnes en souffrance » a précisé Boris Cyrulnik.

L’approche créative alliant écriture et théâtre est reprise dans le film d’ d’Olivier Horn Face à la mer qui raconte l’histoire d’un jeune Haïtien traumatisé par la mort violente de sa mère, assassinée à Haïti. Ce film retrace les étapes de l’expérience douloureuse du réel à sa progressive transformation et distanciation par le processus d’élaboration créative.

La création à travers les arts plastiques
La peinture, de par son caractère introspectif inhérent, amène aussi à une prise de conscience de soi et à l’émergence d’une distanciation face à des situations difficiles. Les ateliers de peinture présentés lors de ce séminaire ont été conçus en faveur de l’intégration des immigrants. La création artistique permet l’expression et la valorisation de sa propre culture d’origine ainsi que son libre partage dans l’espace de l’atelier. « Je ne pensais pas que l’on pouvait parler avec un pinceau » a dit une migrante en racontant son histoire à partir de ses tableaux.

Dans sa présentation de Goya en temps de guerre, Paul Bouvier a souligné le lien établi entre les vicissitudes de la vie de Goya et la traduction de ses souffrances dans ses peintures. Les participants ont pu entrer dans la chair de son processus artistique qui, malgré l’horreur, s’est maintenu dans l’amour de l’humanité.

Des ateliers photographiques se sont déroulés chaque jour. Ils proposaient d’amener les participants à découvrir leur propre sensibilité visuelle et à développer des moyens formels pour l’exprimer. La photographe a invité les participants à ramener deux ou trois photographies prises dans le domaine des Treilles selon une thématique donnée chaque jour, et parfois accompagnées de courts textes en lien avec les points abordés dans le colloque. Ces ateliers ont permis une « découverte de soi” et la “contagion de l’envie de créer” selon les témoignages des participants. Ils ont installé une très vive interactivité.

Il bacio di Tosca, ce film de Daniel Schmid tourné à la Casa Verdi à Milan, la maison de retraite pour artistes musiciens créée par Verdi lui-même, a été présenté au colloque. Ce film affirme la capacité de l’art musical d’alimenter et maintenir la vie à tout âge. L’art est intemporel et à côté d’un “memento mori”, il permet une saisie d’éternelle jeunesse.

3. La création de nouveaux réseaux de communication

Une soignante, spécialiste de la télémédecine, a expliqué comment elle a mis au point des nouvelles technologies de communication dans des pays en voie de développement.

4. L’organisation d’un événement favorisant un lien entre les peuples

Une participante a partagé son expérience sur sa participation, comme « porte-parole » pour les médias, à la Première Marche Mondiale pour la Paix et la Non-Violence en 2010. Elle a expliqué comment il pouvait être dangereux d’être un « bien-pensant » dont les actes et la parole ne sont pas en cohérence. En d’autres termes, il ne suffit pas d’avoir un bon message, il faut savoir l’habiter.

Conclusion

L’ensemble des témoignages et des discussions a démontré l’importance de la démarche créative pour stimuler l’expression individuelle et la rencontre de l’autre. La démarche créative peut aussi aider à percevoir de nouvelles voies de communication et collaboration interculturelle. Le travail très interactif de la semaine s’est achevé sur des projets communs.