La cohabitation religieuse dans les villes européennes (Xe – XVIe s.)

Colloque organisé par John Tolan (Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin, Nantes) et Stéphane Boissellier (Université de Poitiers) du 21 au 26 mai 2012

Participants

Amélia Andrade, Filomena Barros, Elisheva Baumgarten, Stéphane Boissellier, Farid Bouchiba, Brian Catlos, Olivia Remie Constable, Luis Miguel Duarte, Alejandro Garcia Sanjuan, Jozsef Laszlovszky, Rena Nechama Lauer, Mohamed Tahar Mansouri, Pierre Moukarzel, Ahmed Oulddali, Aleida Paudice, Diego Quaglione, Katalin Szende, John Tolan, Dominique Valérian

Compte-rendu

Ce séminaire a réuni vingt participants de neuf pays (France, Italie, Espagne, Hongrie, Portugal, Liban, Israël, Tunisie, USA), spécialistes d’histoire, du droit, d’archéologie et de religion.

Les populations urbaines constituent un cas d’espèce au Moyen Âge, où 75 (en Italie) à 90% des populations vivent dans des microsociétés villageoises. Or, le milieu urbain se caractérise par une forte inertie matérielle liée à la densité et par une hétérogénéité sociale notable ; ces deux facteurs s’opposent au volontarisme normatif des autorités et aux autorégulations sociales spontanées. Les hommes de religion (qui sont les moteurs de la norme la plus valorisée et la plus intransigeante et qui sont, en Occident latin, détenteurs exclusifs des savoirs complexes) rencontrent ici des contre-pouvoirs à leur influence : entre la promulgation de la norme sacrée et son application concrète, le milieu urbain oppose de nombreux obstacles, qui font tout l’intérêt de l’étude de ce milieu. Toutefois, c’est en ville que sont élaborées la plupart des normes destinées à réguler l’ensemble de la société ; au sein de ce corpus, il sera bon d’examiner ce qui concerne les situations spécifiquement urbaines.

Les villes furent le théâtre de contacts constants : échanges économiques, voisinage, coopération civique, liaisons amoureuses. Pour certains hommes de religion (rabbins, évêques, muftis…) ces contacts avec « l’infidèle » posaient problème : non seulement la promiscuité pouvait entraîner l’apostasie, mais de plus elle risquait aussi de mettre le fidèle dans un état d’impureté. Pouvait-on toucher la main d’un infidèle, manger sa nourriture, partager un puits avec lui ? L’étude des sources légales (manuels de hisba, fueros, chartes urbaines, fatwas, responsa rabbiniques, etc.) et narratives (chroniques, nouvelles, etc.) montre à la fois l’ubiquité de ces contacts et l’ambivalence qu’ils pouvaient inspirer chez certains.

Nous nous sommes intéressés tout d’abord aux cadres géographiques et légaux de ces questions. Nous avons consacré la première demi-journée à la question de l’existence de quartiers spécifiques pour minorités religieuses dans les villes médiévales. Ensuite une deuxième demi-journée a donné un aperçu des fondements textuels des statuts juridiques des minorités médiévales. La norme « religieuse » (élaborée par des savants en religion) pose des problèmes particuliers, notamment parce qu’elle constitue la référence obligée (parfois hypocritement) de toute la législation. Ensuite nous nous sommes intéressés à différents types de contacts quotidiens entre membres de confessions diverses, chaque fois examinant à la fois la théorie légale, la mise en application, et les problèmes éventuels posés (aux yeux d’auteurs médiévaux). Nous avons ainsi étudié les cas du commerce, des problèmes de promiscuité (voisinage, commensalité, sexualité …), et de la peur de l’impureté ou de la « pollution ». Enfin, dans un quatrième et dernier atelier, nous nous sommes penchés sur les conflits et les stratégies (légales et extralégales) pour les résoudre.

Les actes de ce séminaire ont été publiés aux Editions Brepols en 2014 sous le titre La cohabitation religieuse dans les villes européennes, Xe-XVe siècles / Religious cohabitation in european towns (10th-15th centuries)