Copie, modes d’emploi 

Colloque organisé par Régis Debray et Louise Merzeau du 9 au 14 avril 2012

Participants

Dominique Baffier, Pierre-Marc de Biasi, Olivier Bomsel, Laura Bossi, Daniel Bougnoux, Jean-François Colosimo, Régis Debray, Françoise Gaillard, Antoine Gallimard, Alain Giffard, Robert Kopp, Yannick Maignien, Rémi Mathis, Hélène Maurel-Indart, Michel Melot, Louise Merzeau, Elisabeth Ponsolle des Portes, Gérard Régnier dit Jean Clair, Maryvonne de Saint Pulgent, Monique Sicard, Vincent Tiffon

Résumé

Organisées par la revue Médium en collaboration avec la Fondation des Treilles, ces rencontres interdisciplinaires visaient à interroger les valeurs et modalités de la copie dans notre culture, à l’heure où l’essor du numérique bouleverse les notions de propriété, d’originalité et d’authenticité.

Compte-rendu

Organisées par la revue Médium en collaboration avec la Fondation des Treilles, ces rencontres visaient à interroger, sous un angle médiologique et interdisciplinaire, les valeurs et modalités de la copie, à l’heure où l’essor du numérique bouleverse les notions de propriété, d’originalité et d’authenticité.
Régis Debray et Louise Merzeau ont introduit les débats en rappelant que la copie ne tend pas seulement à se banaliser dans les usages. Faisant désormais partie intégrante des dispositifs d’information, elle oblige du même coup les médiateurs à envisager sa légitimité, et à remettre ainsi en question les critères traditionnels du licite et du vrai. Cela ne se fait pas sans tensions, et c’est à cette difficile transition entre deux âges que ce séminaire entendait apporter une contribution. D’abord en rappelant les multiples formes de la copie à travers l’histoire (copie des œuvres, des choses, des données, des savoirs), en s’efforçant de clarifier les relations toujours complexes qu’elle a entretenues avec la matrice, l’original ou le modèle. Ensuite en essayant de discerner ce que la copie numérique introduit véritablement comme rupture dans les logiques de la transmission.

Les prises de parole ont été réparties en quatre moments :

Les origines : glorieuse copie – Une généalogie

Lors de la première journée, les interventions se sont focalisées sur les questions de propriété intellectuelle et de droit d’auteur, devenues des foyers d’inquiétude chez les éditeurs comme chez les utilisateurs. Maryvonne de Saint Pulgent a utilement rappelé les sources du droit d’auteur en France, avant de questionner les limites actuelles du domaine public face à l’étendue des prérogatives accordées aux ayants-droit. Jean-François Colosimo, président du Centre national du Livre, a pour sa part tenu à relativiser l’impact du numérique sur le livre, en insistant sur la nécessité et la vitalité des médiations qui en régulent l’industrie. Olivier Bomsel est quant à lui remonté à « l’institution du signe », qui fait dépendre toute publication d’un protocole de présentation et d’une économie de productivité sémantique. Robert Kopp, enfin, a montré comment l’imitation et l’originalité ont tour à tour été valorisées ou stigmatisées, dans la théorie littéraire comme dans le système d’évaluation universitaire, appelant ainsi à une approche plus nuancée des oppositions de valeur.

Les modalités : copieuse copie – Une typologie

La seconde journée a été consacrée à l’examen détaillé de cas qui montrent la diversité des copies et bien souvent leur ambiguïté culturelle. La plupart des intervenants ont ici souligné la part déterminante des logiques d’accréditation, qu’elles émanent de l’Académie ou du marché, ainsi que l’importance des vecteurs techniques de la copie.
En retraçant une brève histoire du multiple (à distinguer de l’exemplaire et de l’imitation), Michel Melot a montré les paradoxes d’une production artistique en série et les artifices auxquelles elle doit recourir pour être reconnue comme originale. Daniel Bougnoux a rappelé la place centrale de la copie dans l’acte créateur, avant d’avancer l’hypothèse d’une émancipation allographique des œuvres, à mesure qu’elles se détachent de l’aura d’un contexte pour se livrer au jeu de l’interprétation. De son côté, Jean Clair a présenté une série de cas symptomatiques, qui témoignent des glissements de l’autorité dans l’authentification et la valorisation des œuvres. Il a aussi montré combien la copie pouvait offrir une perception plus riche que l’original, en fonction des conditions d’exercice du regard. Rémi Mathis, administrateur de Wikipédia France, a expliqué le statut particulier de l’encyclopédie en ligne, entre élaboration d’une « œuvre » originale et renvoi aux sources, à la fois réceptacle du savoir et ressource pour la copie. Dans le champ de la photographie, Monique Sicard est revenue sur les incohérences d’un marché qui consacre certaines images dans un élitisme inédit, et qui banalise toutes les autres en absentant leur matérialité. Enfin, Françoise Gaillard a présenté des exemples d’appropriation art, qui se jouent paradoxalement du copyright tout en valorisant encore la signature de l’artiste.

Les contrariétés : dangereuse copie – Une déontologie

Élargissant le champ d’investigation, cette troisième journée a cherché à interroger les préjudices causés par la copie, sous certaines conditions de massification, de banalisation ou de délégation.
Elisabeth Ponsolle des Portes, Déléguée Générale du Comité Colbert, a d’abord décrit le phénomène de la contrefaçon des produits de luxe, où l’industrialisation mondialisée attente aux vertus du savoir-faire et de l’artisanat. De son côté, Antoine Gallimard a pris acte du malaise qui entoure aujourd’hui sa profession, pour défendre l’importance du contrat passé avec l’auteur et l’implication des éditeurs dans la vie des idées. Il a ainsi tenu à distinguer la posture éditoriale des stratégies menées par les acteurs du Web, qualifiés d’industries de la copie. Hélène Maurel-Indart est revenue quant à elle sur le phénomène du plagiat, qu’elle a abordé par le biais des « zones grises » où le droit peine à fixer clairement les limites entre pillage et inspiration. Enfin, Pierre-Marc de Biasi a montré comment le numérique entraîne aussi, paradoxalement, une grave pénurie de copies, du fait que les outils informatiques dissuadent les auteurs de conserver les états successifs de leurs textes : la pratique des mises à jour fabrique alors autant de trous de mémoire.
Lors de cette journée, le concept de copie a également été enrichi par l’intervention de Laura Bossi, qui en a livré l’interprétation des biologistes : des théories de l’évolution à celle de la symbiogenèse en passant par l’hérédité, ont tour à tour été mises en lumière l’aptitude à la variation et la capacité de réplication du vivant – la vie se signalant précisément par la combinaison des deux.

Les potentialités : prometteuse copie – Une futurologie

Durant la dernière journée, les interventions ont porté sur les processus et enjeux spécifiques de la copie numérique.
Décrivant les techniques et usages du copier-coller, Louise Merzeau a mis en regard une culture de la copie, comme art du montage et du partage, et une stratégie de gestion algorithmique, qui menace l’appropriation culturelle. D’où la revendication d’un droit de copier, comme condition de la transmission. De son côté, Alain Giffard a montré comment les « lectures industrielles » effectuées par et pour les robots copient le lecteur et provoquent des conflits d’attention qui empêchent toute lecture de méditation. Dans le domaine de la reconstitution virtuelle en revanche, Dominique Baffier, conservatrice de la Grotte Chauvet, a démontré combien simulacre et fac-similé peuvent non seulement préserver un patrimoine menacé, mais aussi en restituer l’énigme et la splendeur. Pour ce qui concerne la musique, Vincent Tiffon a suggéré que l’évolution des moyens techniques n’a pas modifié en profondeur la place de la copie : celle-ci a toujours été au cœur des procédés d’écriture et de composition, même si la « musique concrète » (comme la pratique des DJ) l’a plus que jamais systématisée. En conclusion de ces rencontres, Yannick Maignien est quant à lui revenu sur les rapports entre copie, fuite et secret. À l’heure où les données occupent une place croissante dans l’architecture du savoir, les questions d’ouverture, de transparence, de rétention et de manipulation acquièrent une importance nouvelle : la formation des opinions comme la circulation des connaissances dépendent désormais d’un jeu subtil entre moissonnage et protection des sources.

Conclusion

L’ensemble des interventions et des discussions a démontré la richesse de cette problématique, et l’intérêt qu’il y a à croiser les points de vue et les domaines de compétences. Les tensions introduites par la révolution numérique n’en sont que mieux apparues. Mais aussi les innombrables ressources offertes par la copie aux processus créatif ou culturel, et la nécessité de réviser nombre de pratiques et de normes pour en garantir la pérennité.

Ce séminaire donnera lieu à la publication d’un numéro spécial de la revue Médium, à paraître pendant l’été 2012.