Table ronde franco-chinoise : Quelle morale pour quelle société ?

Séminaire organisé par Régis Debray et Pierre Morel du 28 octobre au 2 novembre 2013

Participants

Olivier Abel (philosophe), Alexandre Adler (historien, journaliste), Daniel Bougnoux (philosophe), Chu Xiaoquan (linguiste), Nicolas Colin (Inspecteur des finances), Cui Hongjian (politiste et diplomate), Régis Debray (philosophe et écrivain), Caroline Galactéros (politiste), Guan Kai (sociologue), Guo Xiangang (historien), Blandine Kriegel (philosophe), Pierre Morel (ancien ambassadeur), Alain Peyraube (linguiste et sinologue), Qin Yaqing (politiste) , Qu Xing (politiste), Philippe Ratte (historien), Jean-Paul Tchang (économiste), Wang Jiann-Yuh (philosophe), Wu Hongmiao (linguiste), Xu Tiebing (historien), Yu Hai (sociologue), Zhao Tingyang (philosophe)
Collaborateurs et interprètes : Liu Wenling, Ninon Liu-Merlin (Liu Ninghui), Zhang Lin, Julien Zhong

Cette troisième rencontre franco-chinoise, organisée par Régis Debray et Pierre Morel marque une étape dont il vaut la peine de rendre compte. A la Fondation des Treilles (Var) en 2011, à Beidahe en 2012, à nouveau au domaine des Treilles en 2013, une bonne vingtaine d’intellectuels chinois et français aux parcours très divers ont choisi de dialoguer autour d’un sujet bien défini et préparé par une série de textes communiqués à l’avance.

Le premier résultat, vite acquis, a été la confiance réciproque, la disponibilité à s’ouvrir au regard et aux questions de l’autre, ainsi que le besoin de débattre longuement après tant d’éloignements, d’évitements et de précautions. D’année en année, nous avons tracé un début de chemin, établi une familiarité, et retrouvé aussi des voies anciennes, celles de Matteo Ricci ou de Leibniz, mais également de Victor Segalen et d’Henri Michaux. Nous avons esquissé avec prudence quelques cartes, en étant conscients qu’elles pourraient se combiner, mais pas se confondre.

Les deux synthèses, l’une chinoise, l’autre française, en témoignent : ce sont des exercices très personnels, mais aussi des portraits de groupe sous des éclairages différents.

Celui de Philippe Ratte choisit de se tenir fermement à distance de toute mise en forme universitaire et veut tracer les « carrés » d’un jardin composite ouvert à la promenade du lecteur ; mais il dégage un certain nombre de constats et de questionnements auxquels nous n’avons cessé de revenir, d’un côté comme de l’autre, et c’est pourquoi il se rapproche parfois d’un texte commun, sans jamais forcer l’accord.

Celui de Cui Hongjian est certes très différent. En partant de nos échanges, il s’efforce de mettre en forme la construction morale qui pourrait soutenir le « rêve chinois », pour orienter une Chine qui semble être parvenue aux limites du pragmatisme. Il plaide pour un recentrage permettant de réparer le tissu immémorial déchiré par la Révolution culturelle, mais constate aussi que la Chine et la France sont l’une et l’autre confrontées à une sorte de crise morale. Il y voit une opportunité à saisir de façon concertée, que ce soit pour rebâtir la cité ou pour redonner une cohérence à un système international qui s’agrège et se désagrège tout à la fois.

Comment gérer les diversités croissantes dans l’ordre interne comme dans l’ordre externe ? L’individualisme sans morale et sans droit tout comme le darwinisme qui est de retour sur la scène internationale paraissent écarter toute possibilité de bien commun. Mais sont-ils soutenables ? Il y a des limites à la fragilité, et il y a ce que l’on appelle l’indérogeable, ce qui ne peut être enfreint, quelles que soient les circonstances. Le triomphe du marché, la mise en nombre généralisée et la puissance croissante des grands réseaux suscitent aussi une prise de conscience : constat de l’inéluctable interdépendance, besoin d’appartenance et quête renouvelée des grands repères. Les communautés en crise peuvent-elles déboucher sur une communauté de crise ?

Au bout de cette belle semaine d’échanges, nous sommes repartis avec autant de questions qu’à l’arrivée, quoique différentes, mais enrichis surtout par cette polyphonie que l’on retrouve dans les deux partitions qui essaient de dire, sur des modes différents, ce que nous avons partagé, mais aussi, tant soit peu, la façon dont nous l’avons partagé. Il suffit d’ajouter que rendez-vous a été pris sur le champ pour l’automne prochain en Chine.