Sur-vivre, Pierre Mertens et l’anneau de Möbius

Séjour d’étude organisé par Jean-Pierre Orban (ITEM, Equipe Manuscrits francophones, Paris) du 7 au 26 avril 2014

Compte-rendu

Associer les approches littéraire et biographique pour mieux cerner l’entrelacement entre œuvre et vie est l’objectif de l’essai Pierre Mertens et l’anneau de Möbius, dont le séjour d’études, en avril 2014, à la Fondation des Treilles a permis la structuration et l’approfondissement.

Né en 1939, Pierre Mertens est, nul ne le conteste, un des écrivains majeurs de la Belgique francophone. Parmi les contemporains, un des plus importants par l’ampleur de son œuvre qui, hormis la poésie, touche tous les genres : roman, nouvelle, essai et chronique critiques, théâtre et même livret d’opéra, liste à laquelle on n’oubliera pas d’ajouter une intrusion dans le scénario de fiction télévisuelle. Personne, non plus, ne remet en cause la place prépondérante que Pierre Mertens occupe dans le paysage intellectuel, sinon politique au sens large, belge bien sûr, mais aussi – dans une moindre mesure aujourd’hui – français et plus largement international. Depuis la fin des années soixante, sa vie, celle du spécialiste des droits de l’homme, de l’observateur judiciaire dans le monde et du participant aux débats contemporains à travers la presse et ses essais, est liée aux événements marquants de notre temps, en Belgique et en Europe.

Pierre Mertens et l’anneau de Möbius interroge le lien entre cette histoire et l’œuvre de l’auteur belge. Étudie comment ce dernier s’insère dans l’h/Histoire : non seulement dans l’action et le débat, mais dans la fiction. S’inscrit dans le paysage. S’y fait acteur et personnage.

Intrication de l’Histoire et de la vie individuelle, vécue et imaginée. Imbrication de la vie dans l’œuvre et de l’œuvre dans la vie, jusqu’à ne plus permettre de savoir qui de l’œuvre ou de la vie précède l’autre. L’image de l’anneau de Möbius, ruban à une seule face au lieu de deux dans un ruban ordinaire, aide à se figurer ce basculement incessant, sans frontière nette, entre le réel et le fictionnel. Pour rendre compte de cet entrelacement, l’essai entend développer une approche originale, multidisciplinaire, hybride : sont sollicités les outils de la critique et de la génétique littéraires, autant que ceux de l’enquête historique et biographique. Les passages de l’œuvre à la vie, des entretiens menés avec Pierre Mertens aux extraits de ses propres textes, de ses propres témoignages à ceux de son entourage et de ses pairs, de ses archives personnelles à celles des institutions au sein desquelles il a œuvré sont incessants. La structure, à la fois thématique et biographique, de l’essai lui-même reflète l’approche mixte adoptée.

Ce qui est finalement en jeu, c’est de tenter de comprendre comment naît et se construit un écrivain, comment il se réapproprie sa vie dans son œuvre, écrivant celle-ci comme seule autorisée à se dire, à dire l’homme qu’il est et le personnage qu’il entend être. En une entreprise de sur-vie.

Jean-Pierre Orban est écrivain, auteur de romans (e.a. Vera à paraître au Mercure de France en août 2014), de nouvelles, de théâtre. Chercheur associé à l’ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes, Paris, CNRS-ENS), il travaille sur l’édition critique et l’analyse génétique d’œuvres littéraires francophones, du Sud comme du Nord.