Politique, Affectivité, Intimité (2) – Identités et temporalités

Séminaire organisé par Anne Muxel (CEVIPOF, CNRS/Sciences Po, Paris) du 19 au 24 mai 2014

Participants

Ludivine Bantigny, Clémentine Chiarelli, Catherine Desnos, Alexandre Escudier, Marion Lary, Anne Muxel, Janie Pélabay, Pascal Perrineau, Myriam Revault d’Allonnes, Annette Wieviorka

Résumé

La sphère privée donne à voir les modes de subjectivation de la politique. En cela elle permet d’atteindre un autre niveau d’analyse des formes de politisation et d’implication des individus dans la vie civique et collective. Partant de l’hypothèse que la sphère privée est un terrain de l’aventure démocratique qui a de plus en plus d’importance dans la définition des choix et des appartenances, ainsi que dans la construction des identités politiques, les spécialistes de plusieurs disciplines de sciences humaines et sociales – histoire, sociologie, philosophie, science politique, psychanalyse -, ainsi qu’une cinéaste, ont confronté leurs approches et leurs analyses sur cette question de recherche. Il s’agissait d’explorer la dimension affective de l’existence politique en privilégiant deux axes de travail : d’une part, la construction des identités politiques, d’autre part, le rapport au temps saisi dans l’articulation des temporalités individuelles et sociales.

Afin d’étudier les phénomènes politiques aux frontières de la sphère privée et de la sphère publique, ce séminaire a pris en compte non seulement différentes grilles de lecture disciplinaires, mais aussi différents objets de recherche (famille, trajectoires biographiques, générations politiques, électorats, organisations et institutions, événements historiques). Le fil rouge qui a donné sa cohérence au travail du séminaire était la compréhension des dynamiques de changement politique, à l’échelle individuelle comme à l’échelle des comportements collectifs.

Compte-rendu

La sphère privée donne à voir les modes de subjectivation de la politique. En cela elle permet d’atteindre un autre niveau d’analyse des formes de politisation et d’implication des individus dans la vie civique et collective. Partant de l’hypothèse que la sphère privée est un terrain de l’aventure démocratique qui a de plus en plus d’importance dans la définition des choix et des appartenances, ainsi que dans la construction des identités politiques, les spécialistes de plusieurs disciplines de sciences humaines et sociales – histoire, sociologie, philosophie, science politique, psychanalyse -, ainsi qu’une cinéaste, ont confronté leurs approches et leurs analyses sur cette question de recherche. Il s’agissait d’explorer la dimension affective de l’existence politique en privilégiant deux axes de travail : d’une part, la construction des identités politiques, d’autre part, le rapport au temps saisi dans l’articulation des temporalités individuelles et sociales.

Afin d’étudier les phénomènes politiques aux frontières de la sphère privée et de la sphère publique, le séminaire a pris en compte non seulement différentes grilles de lecture disciplinaires, mais aussi différents objets de recherche (famille, trajectoires biographiques, générations politiques, électorats, organisations et institutions, événements historiques). Le fil rouge qui a donné sa cohérence au travail du séminaire était la compréhension des dynamiques de changement politique, à l’échelle individuelle comme à l’échelle des comportements collectifs.

Les contributions des différents participants, Anne Muxel, organisatrice du séminaire, Myriam Revault d’Allonnes, Pascal Perrineau, Catherine Desnos, Janie Pélabay, Annette Wieviorka, Ludivine Bantigny, Catherine Desnos, Clémentine Chiarelli, Alexandre Escudier, et Marion Lary, ont développé des approches spécifiques et présenté différents objets de recherche, tout en maintenant un même cadre problématique centré, d’une part sur les reconfigurations identitaires qui travaillent, dans les sociétés contemporaines, le rapport des citoyens au politique, d’autre part sur les modalités d’une analyse processuelle et diachronique des phénomènes politiques.

Le premier axe de travail a permis de confronter différentes approches de l’identité. Plusieurs contributions ont permis de saisir certaines mutations décisives de l’identité contemporaine après la disparition des « grands récits », ainsi qu’une complexification des constructions identitaires dans des sociétés à régulation hypercomplexe. Cela aussi bien au niveau des trajectoires singulières que des évolutions collectives. Les approches de Paul Ricoeur ou de John Rawls ont été particulièrement discutées, ainsi que d’autres analyses, notamment dans le champ de la psychanalyse et de l’approche clinique, où une grande importance est accordée aux phénomènes d’identification. La notion d’ « identité narrative » chez Paul Ricoeur permet non seulement d’articuler les deux pôles de l’identité que sont la « mêmeté » et l’ « ipséité ». Mais surtout elle permet de penser l’identité en lien avec les différentes temporalités au sein desquelles celle-ci se déploie. Il ne peut y avoir ni d’identité substantielle ni non plus d’identité permanente. Il faut penser l’identité comme une « reprise continuelle de soi par soi ». Telle que nous l’avons considérée tout au long de ce séminaire, l’identité est ontologiquement plurielle, et conçue comme une « chaîne incessante de reconfigurations ». L’approche de John Rawls a permis quant à elle d’examiner l’intérêt et les limites de la dissociation entre identité personnelle et identité publique. La séparation identitaire entre ces deux sphères, entre ce qui relève des choix intimes et personnels d’une part et des valeurs publiques d’autre part, serait un gage de liberté pour le sujet. Alors que certains ont pu défendre ce modèle comme garant d’un ordre démocratique, d’autres y ont vu un risque de réduction de la démocratie à une démocratie procédurale, à l’abri des conflits charnels et réels.

Les échanges sur ce premier axe de travail consacré à la question de l’identité afférente aux phénomènes politiques ont permis de penser la fluidité croissante des identités, sans pour autant céder ni au triomphe du présentisme ni au constat de l’impossibilité de penser la politique en termes de projet et aussi d’imaginaire. Nos travaux ont montré que l’identité se dit et s’inscrit dans une narration à plusieurs voix (conscient/inconscient, moi/les autres, voix du passé/voix du présent/voix de la projection et de l’avenir) et dans le cadre d’une multiplicité d’appartenances, de rôles et d’affiliations. En cela l’identité politique n’est pas fixe, mais bien de plus en plus mobile et constamment renégociée, réajustée. Il faut penser l’articulation entre sphère publique et sphère privée, dans sa porosité comme dans sa dissociation, dans le cadre d’une réflexivité croissance des processus identitaires. L’identité politique résulte de socialisations plurielles et de schèmes identitaires issus du jeu entre le « je » et le « nous » de référence, ainsi que du dialogue qui s’engage entre les identités héritées et les identités construites, choisies, mais aussi inventées.

Le second axe de travail consacré au temps a permis de réfléchir aux temporalités dans lesquelles s’inscrivent « les reconfigurations identitaires », et tout particulièrement d’étudier le cadre générationnel des phénomènes politiques. Avec la notion de génération, se pose la question des appartenances, et donc de la socialisation des individus dans une conjoncture historique et politique donnée. Le temps est un facteur de dissemblance et en cela peut opérer le changement, au niveau des individus et des groupes, comme des générations et des sociétés. Des générations politiques peuvent être repérées et expliquer les transformations des attitudes comme des comportements politiques dans le temps long. L’intérêt de la notion de « générativité », s’est imposé. Celle-ci va au-delà de la notion de génération, en affirmant la continuité d’un commencement, en supposant la transmission d’une novation et l’amorce d’un mouvement durable de reconfiguration des paramètres de l’identité politique auxquels les individus comme les groupes peuvent se rattacher. Cela plus ou moins intentionnellement, plus ou moins consciemment.

Des thèmes connexes et transversaux à ces deux axes ont aussi été abordés par les différentes contributions. Ainsi le thème de l’engagement politique a fait l’objet d’intenses débats, au travers de l’examen des différentes fonctions aussi bien rationnelles et objectivées que psychiques et subjectivées qui lui sont associées. Mais aussi le thème de l’aveuglement, au travers d’une analyse compréhensive des phénomènes de refoulement et d’idéalisation associés aux croyances comme aux convictions politiques. Ces phénomènes impliquent nécessairement des réajustements et des réinterprétations, dépassant les seules motivations individuelles, et venant rencontrer des processus collectifs de déterminations ou de justifications.

Anne Muxel a souligné la richesse du travail interdisciplinaire qui avait été engagé à partir de matériaux aussi divers que des enquêtes sociologiques, des études électorales, des romans, des films, des études historiques, des récits biographiques, des théories philosophiques, ou encore le divan des psychanalystes. La Fondation des Treilles et toute son équipe ont offert au séminaire de formidables conditions d’accueil qui ont beaucoup compté dans la fécondité des échanges et des travaux présentés.