Politique, affectivité, intimité (1)

Séminaire organisé par Anne Muxel (CEVIPOF, CNRS/Sciences Po, Paris) du 10 au 15 octobre 2011

Participants

Nathalie Azoulai, Ludivine Bantigny, Catherine Desnos, Pascal Duret, Virginie Linhart, Janine Mossuz-Lavau, Anne Muxel, Janie Pelabay, Pascal Perrineau, Myriam Revault d’Allonnes, Annette Wieviorka.

Communications

  • Nathalie Azoulai : « Le conflit israélo-palestinien au coeur des amitiés »
  • Ludivine Bantigny : « Révolutionnaires sans révolution : l’expérience de l’espérance et de la déception. Analyse des affects politiques chez les militants de la LCR dans les années 68
  • Catherine Desnos : « Tricotage entre je et nous à l’aune de la modernité : à propos de l’homoparenté »
  • Pascal Duret : « Le couple mixte en politique : jusqu’où ? »
  • Virginie Linhart : Présentation du film Mai 68, mes parents et moi 
  • Janine Mossuz-Lavau : « Genre, amour et politique »
  • Anne Muxel : – Présentation des enquêtes « La politique et les proches » et « Le panel suisse des ménages » (Boris Wernli)
  • Janie Pélabay : « Convictions privées et consensus politique. A propos d’une éventuelle publicisation des désaccords raisonnables »
  • Pascal Perrineau : « Les affects en politique : ce qu’en dit la science politique »
  • Myriam Revault d’Allonnes : « La logique de l’amour dans la démocratie. Autour des paradoxes de la ressemblance »
  • Annette Wieviorka : « Maurice et Jeannette : que peut-on saisir de l’intimité dans le couple communiste ? »

Compte-rendu

Dans nos sociétés démocratiques postmodernes le lien des individus au système politique s’est profondément transformé sous l’effet combiné d’un double mouvement, d’une part un processus d’individualisation des identités politiques, d’autre part une désinstitutionnalisation des pratiques comme des comportements politiques. Dans ce contexte marqué par un relatif affranchissement des systèmes de croyances comme des idéologies constituées, l’individu est amené à trouver par lui-même ses modes d’expression citoyenne. Il doit élaborer ses choix de façon plus autonome, en fonction d’une offre politique de plus en plus évaluée à partir d’autres critères que le seul système des allégeances sociales et culturelles ou que le seul principe des loyautés partisanes. Cette mise en négociation permanente de l’individu face à ses choix politiques invite à étudier la politisation à partir d’autres sphères que les seules sphères institutionnelles ou publiques.

En explorant les modalités de cette négociation dans le cadre de la vie privée conçue comme un espace d’échanges affectifs avec un « autrui significatif » et comme un lieu de construction de l’altérité démocratique, ce séminaire a ouvert un chantier de travail novateur en sciences sociales, et tout particulièrement en science politique. Partant de l’hypothèse que la sphère privée est un terrain de l’aventure démocratique qui a de plus en plus d’importance dans la définition des choix et des appartenances, des spécialistes de plusieurs disciplines de sciences humaines et sociales –histoire, sociologie, philosophie, science politique, psychanalyse- ainsi que des romanciers et des cinéastes, se sont réunis pour confronter leurs approches et leurs analyses sur cette question de recherche. La sphère privée donne à voir les modes de subjectivation de la politique. En cela elle permet d’atteindre un autre mode de lecture et d’analyse des formes de politisation des individus. A partir d’horizons disciplinaires différents tous ont reconnu la dimension affective de l’existence politique.

En examinant les changements perceptibles dans les attentes des individus à l’égard de la politique, en cherchant à cerner la place des convictions dans l’identité des individus et à évaluer les échanges et les interactions dont elles font l’objet dans le cercle des proches, les travaux du séminaire ont interrogé la définition du « sujet » politique dans les sociétés démocratiques contemporaines.

Les contributions des différents participants, Anne Muxel, organisatrice du séminaire, Myriam Revault d’Allonnes, Janine Mossuz Lavau, Pascal Perrineau, Catherine Desnos, Janie Pélabay, Nathalie Azoulai, Pascal Duret, Annette Wieviorka, Ludivine Bantigny et Virginie Linhart, ont développé des approches ainsi que des objets spécifiques, tout en maintenant un même cadre d’interprétation de la politique, à l’interface de la sphère publique et de la sphère privée.
Les questionnements qui ont émergé durant le séminaire ont ouvert plusieurs axes de réflexion. Le premier concerne l’individuation démocratique. Il renvoie à l’examen du contexte historique et sociétal au sein duquel se développe la politisation des individus. La tension entre une demande d’autonomisation qui s’est généralisée et la recherche d’un « commun » au fondement du contrat démocratique, entre une quête de distinction personnelle et un mouvement d’universalisation, reconfigure le rapport des individus à la politique. Si le risque d’essentialisation de l’individualisme contemporain a bien été dénoncé, le constat d’un processus de subjectivation de l’espace public, au sein duquel le sujet peut être à la fois affecté et affectant, reste néanmoins probant et unanime. L’individu est confronté à une pluralisation des appartenances et des attachements, ce qui renforce et le travail de négociation et d’arbitrage qu’il doit faire et la mobilité de ses choix.

Second axe de réflexion développé, la mise en évidence d’une plus grande porosité entre l’espace public et l’espace privé. Les participants ont tous souligné l’importance et les conséquences du double mouvement de publicisation de l’espace privé et de privatisation de l’espace public pour comprendre les mutations à l’œuvre dans le rapport des individus à la politique dans les sociétés démocratiques contemporaines. L’idée de représentation politique est de plus en plus rabattue sur l’idée de ressemblance et de proximité, et cela introduit tant du point de vue des gouvernants que des gouvernés des demandes et des attentes d’un nouveau type. Les nouveaux pôles d’identification de l’individu démocratique résulteraient d’un mouvement ascendant du privé vers le public plus affirmé que dans le passé.

Un troisième axe de travail s’est focalisé sur les conditions de l’altérité politique et sur l’arbitrage à l’œuvre, tant dans la sphère privée que dans la sphère publique, fixant les frontières de l’accord et du désaccord dans la délimitation du « bien commun ». Comment se négocient la différence et le désaccord en matière politique ? Comment s’organise la gestion de la dissonance, au sein du cercle des proches, et plus largement pour arbitrer les valeurs qui fondent le vivre ensemble d’une société. Les participants sont convenus de la nécessité de distinguer la scène privée et la scène intime. L’intimité renverrait à une scène spécifique de l’arbitrage des choix politiques privés en situation d’altérité.
La question de la transmission est revenue à plusieurs reprises alimenter les discussions. Le cadre familial reste un lieu décisif de la construction des identités politiques. Entre les générations se tisse une trame fixant les héritages, les adaptations ou les apports nouveaux qui font et défont les filiations politiques et qui conditionnent toujours assez fortement le rapport des individus à la politique.

Le séminaire s’est conclu sur des points de méthodes. Anne Muxel a souligné la richesse du travail interdisciplinaire qui avait été engagé. La rencontre aux Treilles a permis que se noue un dialogue riche et fructueux sur le thème « Politique, affectivité, intimité » à partir de matériaux aussi divers que des enquêtes sociologiques, des romans, des films, des études historiques, des biographies, des théories philosophiques, ou encore le divan d’une psychanalyste.

Le site enchanteur de la Fondation des Treilles, ainsi que l’organisation et l’accueil de toute son équipe sur place, ont permis que ce séminaire se déroule dans des conditions exceptionnelles, propices à la fécondité de nos échanges et de nos travaux. Je tiens à remercier vivement la Fondation pour son soutien et pour l’opportunité qu’elle nous a donnée de vivre une expérience scientifique unique dans son vaste et beau domaine.