Séminaire « ‘Area studies’ versus approches disciplinaires : un faux dilemme » – Intervention de clôture de Michel Dobry

Dans son intervention de clôture du colloque, Michel Dobry est revenu sur ce qui a constitué le thème central du colloque, le dilemme « ‘area studies’ versus approches disciplinaires ». A ses yeux ce « dilemme » n’est en rien fictif, même s’il se présente davantage, dans les pratiques de recherche, sous les traits d’une tension sans doute multiforme, mais à l’évidence durable et passablement encombrante. A ce premier constat s’en ajoute un second, que l’on pourrait trouver paradoxal : aucun des objets ou des processus abordés dans le cadre du colloque n’est entièrement propre à l’aire « géohistorique » ou « culturelle » de l’Europe centrale et de l’Est. Et, point peut-être plus important, il semble bien en aller de même des causalités invoquées dans les diverses communications. Michel Dobry s’est ensuite attaché à une question plus délicate encore, celle de ce que recouvre au juste la notion d’« aire géo-historique » ou « culturelle ». Même si elle a pu représenter il y déjà pas mal de temps une sérieuse avancée, l’idée que de telles aires ne puissent être considérées que comme des entités « non-naturelles » est devenue une banalité (ce qui ne veut pas dire qu’on n’assiste pas assez régulièrement à d’étranges et parfois méconnaissables résurgences des visions essentialistes de ces espaces sociaux).
Les véritables difficultés – dont l’intervenant a pointé deux ou trois, parmi les plus fréquentes et les plus désastreuses au plan de la démarche de connaissance – surgissent dès que l’on se penche sur les implications pour le moins discutables que de très nombreux chercheurs pensent pouvoir dériver du fait qu’avec ces « aires » nous avons affaire à des « construits sociaux ». Enfin, dans la dernière partie de son intervention, Michel Dobry a présenté quelques brèves réflexions sur, pour ainsi dire, la consistance des disciplines académiques, en tant que, précisément, des « construits sociaux » ; c’est de ce point de vue en particulier que l’on peut le mieux comprendre comment l’étude de telle ou telle autre aire « géo-historique » ou « culturelle » a pu épouser parfois certaines des caractéristiques dites « objectives » de disciplines académiques différenciées, institutionnalisées et reconnues de longue date.