Séminaire « ‘Area studies’ versus approches disciplinaires : un faux dilemme » – Introduction de Georges Mink

Les Area studies sur l’Europe centrale et orientale, sur l’URSS, la Chine communiste etc., se sont développées surtout au temps du monde bipolaire de la Guerre Froide où existait une forte demande d’expertise face à l’impénétrabilité du monde soviétisé. Le goût du secret, la censure sur le fonctionnement interne, etc., qui caractérisaient les systèmes de type soviétique ont suscité une mobilisation significative de moyens en encourageant la constitution d’un groupe de chercheurs professionnels spécialistes du communisme et des régimes de type soviétique. C’est l’époque du Title VIII du Congrès américain qui finance généreusement de très ambitieux chantiers de la soviétologie, notamment une vague d’interviews avec les réfugiés des pays soviétisés. Dans ce mouvement est née une
sous-catégorie d’analystes, certes minoritaire, mais qui a pollué l’image d’une profession de spécialistes de qualité, en l’associant au qualificatif péjoratif de kremlinologues ou, dans une variante soft, de soviétologues.

On comprend que le passé ait légué une image de la corporation des spécialistes de la région largement entachée par ce stéréotype. Cette fausse image a été instrumentalisée après 1989 et 1991, après la chute du système de type soviétique et, surtout, dans la première période de la compétition pour l’obtention de financements destinés à soutenir l’expertise à la transformation.

L’image de kremlinologues ou soviétologues normativistes, culturalistes, obsédés par l’anticommunisme ou, à l’inverse, soupçonnés d’être des agents d’influence, a servi d’argument pour essayer de discréditer la corporation dans son ensemble. En France même, les clivages idéologiques se sont aussi fortement imposés. Il y avait ceux qui soutenaient le régime communiste, ou dans une version plus nuancée, ceux qui y trouvaient des aspects positifs en faisant, notamment, l’apologie de son économie
planifiée et centralement administrée. D’aucuns allaient jusqu’à vanter l’avènement d’un type nouveau de démocratie. A contrario dans le camp opposé beaucoup en dénonçant le régime communiste totalitaire ne s’encombraient pas de nuances. En grossissant le trait on peut dire que les spécialistes de cette région partaient en 1989-1991 avec un handicap dû à cette image négative. Cette délégitimation a ouvert un boulevard aux « adversaires » des area studies et malgré un important effort initial de financement public (1) attribué pour un certain temps, les experts disciplinaires ont réussi à stigmatiser les faiblesses réelles ou supposées des académiques spécialistes de tel ou tel pays ou de la région entière. Cela n’a pas été sans conséquences sur l’état du savoir et sur la production d’une nouvelle
génération de spécialistes. Ce phénomène a renforcé encore d’autres causes d’assèchement des filières spécialisées comme celle du Cycle supérieur (ancien DEA de Sciences Po Paris). D’une certaine manière un gap générationnel est apparu en France mais aussi dans d’autres pays européens dans la corporation des spécialistes de la région. Certes il est aujourd’hui partiellement comblé, et les spécialistes de la région dans les différentes disciplines en sciences sociales subissent le même chemin de croix avant d’obtenir un poste.

Il est vrai que plaider pour une méthodologie et une épistémologie spécifiques et mieux adaptées à la pénétration d’un terrain difficile, où régnait le contrôle de toute information considérée comme sensible par ces régimes, n’était pas aisé face aux postulats dominants en sciences sociales qui exigeaient de naturaliser chaque objet de recherche. Il suffit de prendre pour exemple la difficulté à comprendre le fonctionnement des structures du pouvoir (comme le principe de distribution des pouvoirs via les listes de la « nomenklatura ») qui ne pouvaient entrer dans les typologies établies en science
politique. Et pourtant, un chercheur comme Thomas Lowitt a pu honorablement publier des analyses intelligibles confortées par des données obtenues de manière inhabituelle, par de heureux hasards pourrait-on dire, et être entendu. Ses résultats ont été publiés dans la Revue Française de Sociologie et dans la Revue Française de Science Politique.
On peut même dire que la nécessité de jouer l’imagination sociologique, de mettre en œuvre l’intuition du chercheur, furent un défi plus exigeant que dans le cas des sociétés ouvertes. Cela a eu un effet enrichissant sur l’état des techniques empiriques en général. Aujourd’hui, les reconfigurations et les changements dus à la globalisation renouvellent le questionnement sur la nécessaire combinaison optimale entre une excellente formation disciplinaire et une toute équivalente préparation aréale.

Quelques exemples suffisent pour introduire la discussion à ce sujet.

En effet, comment comprendre aujourd’hui le système politique établi par les élites russes avec à leur tête le Président Poutine ? Peut-on aujourd’hui se contenter d’une typologie des régimes politiques telle qu’elle est offerte par la science politique ou ne faut-il pas en même temps éclairer les canaux spécifiques de formation et de recrutement de ces élites dans le contexte de l’histoire soviétique et russe ? Et peut-on aborder cette question sans une connaissance intime de la langue, de l’histoire, de l’économie, voire de ce que l’on pourrait qualifier d’ethnologie nationale ?
Ne doit-on pas adresser la même question à l’ensemble des processus de résistance à la mondialisation et à l’intégration transnationale (les exemples de l’euroscepticisme dans l’UE, voire de l’anti-Europe, sont ici très parlants) qui prennent la forme de replis nationaliste.

L’émergence de formules de gouvernance représentées en Europe centrale par un Victor Orban ou par un Jaroslaw Kaczynski montrent combien l’alliance étroite d’une double démarche, politiste classique, avec son cortège de préventions épistémologiques, et « ethnologique locale », est indispensable pour la bonne intelligence des processus en œuvre dans cette région géopolitique. Ces exemples peuvent être étendus à l’ensemble des pays et à plusieurs disciplines en sciences humaines et sociales (histoire, sociologie, science politique, anthropologie, géographie, économie).
C’est pourquoi une réflexion sur la manière de combler le hiatus énoncé plus haut, apparu depuis un certain temps, doit être menée avec l’apport des spécialistes, dans le cas présent, de la région post-communiste ou post-soviétique, de généralistes et en comparaison avec d’autres pays ou régions. Bien entendu nous n’ignorons pas qu’une abondante littérature a vu le jour sur la mise en valeur des area studies en général et appliquée à divers terrains de recherche en particulier. Mais elle est pratiquement inexistante concernant la région qui nous concerne ici. Ne faut-il pas donc se servir de
cette littérature tout en portant un regard attentif sur ce qui est souvent paresseusement présenté comme spécifique de l’ex-URSS, la Russie, l’Europe centrale et orientale.

On peut ajouter au débat nécessaire un autre élément, celui de la différenciation spatiale à l’origine également de clivages contre-productifs. C’est le cas de la division entre l’Europe médiane et la Russie en deux champs d’observations séparés. Même si c’est une réalité croissante depuis 1989, un dialogue entre chercheurs de ces deux espaces spécialisés doit se poursuivre. D’ailleurs, cette division ne correspond pas à ce qui se passe dans les communautés de spécialistes ailleurs
dans le monde. Dans la plupart des grands pays de la recherche sur ces régions, les spécialistes se retrouvent dans les mêmes associations professionnelles [C’est le cas des associations regroupées dans l’alliance internationale International Council for Central and East European Studies (ICCEES)], au lieu de produire une rupture épistémologique radicale, pour ne pas dire un antagonisme idéologique sur deux « civilisations ».

Même si les réalités aujourd’hui sont différenciées entre pays et zones du postcommunisme (notamment entre membres et non-membres de l’Union européenne), ce qui les unit c’est l’attitude face à l’héritage, les difficultés de gestion du passé criminel du régime, des tendances comparables pour construire ou reconstruire selon le paradigme de la « path dependence » le système politique et économique.

Tout ceci nécessite un lieu de débat et l’élaboration d’une position qui puisse déboucher sur de nouvelles recherches et dynamiser les anciennes thématiques au sein de la communauté scientifique. Notre corporation n’a pas encore mené un tel débat (à quelques exceptions près comme à l’occasion du 10e anniversaire du CEFRES de Prague (2). Dans un contexte de tensions sociales et politiques croissantes à l’est du continent européen, cette reprise du dialogue entre chercheurs travaillant sur l’Europe centrale et orientale ainsi que sur la Russie et ses voisins est nécessaire pour répondre aux nouveaux défis scientifiques que pose cet espace. Par des évolutions qui s’y développent, elle offre aussi des possibilités d’innovations conceptuelles et théoriques susceptibles de venir enrichir les cadres et les méthodes des sciences sociales en général.
Pour toutes ces raisons, nous avons sollicité le Conseil scientifique de la Fondation de Treilles, de bien vouloir accueillir ce séminaire de réflexion sur le rapport entre les disciplines traditionnelles en sciences humaines et sociales (histoire, sociologie, science politique, géographie, économie, etc.) et les area studies portant spécifiquement sur l’Europe centrale et orientale, l’ex URSS/la Russie, et plus largement d’autres pays excommunistes (la Chine).
Georges Mink remercie chaleureusement le Conseil Scientifique de la Fondation des Treilles de nous permettre dans ces conditions exceptionnelles de débattre de tous ces sujets et Monsieur Alain Peyraube de bien vouloir suivre nos travaux.

————
(1) Programme « Connaissance de l’Europe » du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, au début des années 90, par exemple, à quoi il faut ajouter le soutien du CNRS pour la revue phare de notre corporation, la Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest ayant pour principe l’interdisciplinarité. Il convient de ne pas oublier les laboratoires spécialisés comme l’IMSECO, dirigé par Georges Haupt et Marc Ferro, le GDR OSEUS dirigé par Zdenek Strmiska et Georges Mink, enfin le CRESPO qui a regroupé des spécialistes confirmés, comme Zdenek Strmiska, Pierre Kende, Aleksander Smolar, Marie Claude-Maurel, Georges Mink, Jean Charles Szurek, Mihnea Berindai, et dont le LASP puis l’ISP, à l’Université de Paris 10 sont les continuateurs… Le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, UMR 8083) procède d’une initiative plus récente, fortement soutenue par le CNRS depuis les années 2000.
(2) Voir l’ouvrage collectif Les sciences sociales face à l’épreuve du postcommunisme, publié chez Dokoran, Prague, 2003 et aux éditions l’Harmattan, Paris, 2004)