L’art rupestre du Ladakh (Himalaya indien)

Séjour d’étude organisé par Laurianne Bruneau (EPHE . CRCAO, Paris, France), Marion Poux (EPHE . CRCAO, Paris) et Martin Vernier (ArScAn / UMR7041, Nanterre) du 5 au 17 mars 2018

Participants

Laurianne Bruneau, maître de conférences, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Université Paris Sciences Lettres, membre junior de l’Institut Universitaire de France, rattachée au Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO/UMR8155).
Martin Vernier, chercheur associé, Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn/UMR7041, Maison Archéologie & Ethnologie, Nanterre).
Marion Poux, doctorante, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Université Paris Sciences Lettres, rattachée au CRCAO (UMR8155) rattachée au Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO/UMR8155) et au laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn/UMR7041, Maison Archéologie & Ethnologie, Nanterre).

Compte-rendu

Rappel : présentation du projet
Le projet HiRADa (Himalayan Rock Art Database) est un sous-projet de la Mission Archéologique Franco-Indienne au Ladakh (www.mafil.org). Il s’agit d’un projet de base de données collaborative en accès libre consacrée à l’art rupestre du Ladakh (Himalaya indien) qui constituera à la fois un outil de recherche, de travail et de préservation du patrimoine.
Les objectifs du projet sont de :
1/ rassembler et pérenniser des données de terrain collectées par plusieurs chercheurs depuis le début des années 2000 ;
2/ conserver un patrimoine menacé ;
3/ fournir un outil de recherche collaboratif et interdisciplinaire (archéologie, histoire, histoire de l’art, anthropologie) pour les études asiatiques (Himalaya, Asie du Sud, Asie Centrale) ;
4/ proposer un progiciel dans le domaine de l’art rupestre.

Rappel : objectifs du séjour d’étude
Le séjour d’étude à la Fondation des Treilles avait pour but :
– d’harmoniser les deux bases de données existantes sur ce sujet, à savoir celle de Martin Vernier et de Laurianne Bruneau, respectivement créées en 2005 et 2008 ;
– d’intégrer les nouvelles données collectées depuis 2008.

Déroulement du séjour d’étude
Pendant leur séjour à la Fondation des Treilles Laurianne Bruneau, Martin Vernier et Marion Poux ont été assistés via internet (e-mails, Skype) par Mr Philippe Pons, ingénieur d’études au CNRS chargé de l’édition de corpus numérique et rattaché au Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO/UMR8155).
Plus de 250 heures de travail ont été consacrées au projet en une dizaine de jours.

Laurianne Bruneau et Martin Vernier, avec le soutien de Mr Philippe Pons ont :
– finalisé la codicologie de la base de données ;
– finalisé l’arborescence du classement de la documentation ;
– créé 4 tableurs pour contenir et harmoniser l’intégralité des données, à savoir : sites, zones, rochers et pétroglyphes ;
– modifié ou complété certaines entrées dans les tableurs ;
– trié et nettoyé une partie du set de données (photographies, plans, dessins, etc…). L’intégralité de la documentation de la base de données de Laurianne Bruneau et celle des sites rupestres relevés de manière systématique depuis 2008 a été traitée soit un peu plus 5500 fichiers ;
– classé la documentation selon l’arborescence retenue pour la base de données : les 5500 fichiers ci dessus ont été organisés dans un peu plus de 300 dossiers ;

Marion Poux, avec le soutien de Laurianne Bruneau et Martin Vernier a :
– entré les données collectées depuis 2008 : un peu de 2200 lignes ont été saisies dans les tableurs ;
– renommé l’ensemble de la documentation triée selon la codicologie retenue pour la base de données : un peu plus de 5500 fichiers ont été renommés.

Philippe Pons a travaillé, avec le soutien de Laurianne Bruneau et Martin Vernier, à l’intégration et à
l’harmonisation des données dans les tableurs.

Résultats du séjour d’études
Le séjour d’étude à la Fondation des Treilles a offert un cadre de concentration idéal pour initier le travail long et fastidieux de vérification, de complétion et d’harmonisation de la base de données.
Les données relatives à l’ensemble des sites rupestres (à savoir ceux de la base de données de Laurianne Bruneau et ceux de la base de Martin Vernier) ont été traitées et harmonisées dans le nouveau tableur ‘site’.
Deux nouveaux sites relevés de manière systématique ont été saisis, soit un total de 114 sites.
L’ensemble des données issues de la base de données de Laurianne Bruneau ont été traitées : soit 1085
lignes dans le tableur ‘rochers’ et 4578 lignes dans le tableur ‘pétroglyphes’.
Les données relatives aux sites rupestres documentés de manière systématique depuis 2008 ont été
intégrées : soit 96 lignes dans le tableur ‘rochers’ et 2124 lignes dans le tableur ‘pétroglyphes’.
En une dizaine de jours de travail intensif la moitié de la documentation a été triée, nettoyée, classée et renommée (environ 5500 fichiers). Près de la moitié des entrées des tableurs ont été traitées (environ 40%).

Perspectives de travail
Il reste à trier et nettoyer le set de données issus de la base de données de Martin Vernier (environ 5000 fichiers) ainsi que la documentation collectée depuis 2008 pour les sites prospectés (environ 1000 fichiers).
Il s’agira également de compléter les tableurs ‘rochers’ et ‘pétroglyphes’ à partir des données exportées depuis la base de Martin Vernier (environ 2000 lignes pour le premier et 9000 lignes pour le second).
Le séjour à la Fondation des Treilles a été déterminant pour l’avancement de notre projet de recherche. A défaut de la finalisation de la base de données (telle qu’annoncée au moment de notre demande de séjour d’étude), les dix jours passés aux Treilles, sans avoir eu à nous soucier de quelconque préoccupation d’ordre logistique et matériel, ont donné une impulsion décisive à ce projet envisagé depuis plusieurs années mais sans cesse repoussé par manque de temps et de financement.
Avant le séjour aux Treilles il nous était difficile d’estimer le temps de travail nécessaire à la réalisation du projet. Suite à notre séjour nous estimons le travail restant à environ un mois de travail supplémentaire à 4 personnes. Une nouvelle semaine de travail est d’ores et déjà prévue en avril 2018.
La mise en ligne du projet est prévue pour 2019. La Fondation des Treilles sera créditée comme l’un des partenaires du projet.